Sretala ju je često

Sretala ju je često, ponekad i svakodnevno. Činilo se da se nikada nije okupala, možda i jeste, kada je bila mala…Kako li je tada izgledala? Da li je imala roditelje, braću, sestre? Od kada je beskućnica i zašto je to postala? Uvek bi neko od ovih pitanja proletelo kroz njene misli. Bilo joj je na neki način žao nje..Gde spava? Kako izdrži zimu bez čarapa, a ponekad i bosa..? Delovala je zdravo.

Mnogo puta je zaticala kako slatko žvaće polubuđavi hleb tek izvađen iz kontejnera, zaneta istraživanjem njegovog sadržaja. Tada nije primećivala nikoga i ništa oko sebe.

Drugi put opet, nosila je na leđima ogroman džak prepunjen svim i svačim, naravno opet sadržajem kontejnera, njenog rudnika zlata. Nekada joj je lice bilo tako crno, kosa, ruke, nokti, kao da se provlačila kroz odžak. Dešavalo se da žuri negde nekim važnim poslom, naravno sa prepunim džakom.

Gurala je i mala kolica, opet do vrha naslagana samo njoj znanim sitnicama. Njoj je trebalo ono što su drugi bacali..

Jednom ju je srela ošišanu skroz do glave. Pomislila je, da je to sigurno zbog vaški. Tada je primetila na njoj i neke kraste po licu i rukama i baš je izgledala gore nego obično.

Nedeljom ujutru kada je išla na Liturgiju, sretala ju je kako sedi na trotoaru i prosi. Imala je običaj da kaže: „Daj pet dinara. Daj deset dinara.“

 

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

JE LA CROISAIT SOUVENT

Je la croisais souvent, voire tous les jours. Il me semblait qu’elle ne s’était jamais lavée, peut-être quand elle était enfant… A quoi ressemblait-elle à cette époque ? Avait-elle des parents, des frères, des sœurs ? Depuis quand etait-elle SDF et pourquoi ? Parfois, chacune de ces questions me traversait l’esprit. J’avais pitié de cette femme… Où dormait-elle ? Comment pouvait-elle supporter l’hiver sans chaussettes, voire pieds nus? Pourtant, elle me semblait en bonne santé.

Je la rencontrais souvent, qui mastiquait avec appetit du pain moisi sorti des poubelles, emportée par son exploration de leurs contenus. Dans ces moments-là, elle ne prêtait aucune attention à ce qui l’entourait.

Une autre fois, elle portait sur ses épaules un énorme sac de jute rempli de bric-à-brac, récupéré dans les poubelles, sa Mine aux trésors. Quelquefois son visage, ses cheveux, ses mains, ses ongles étaient tellement noirs qu’on aurait cru qu’elle s’était gllissée dans une cheminée. Elle filait d’un pas pressant vers des affaires importantes, avec son sac rempli de bazar.

Elle poussait aussi un caddie, débordant de choses qui lui semblaient importantes. Elle avait besoin de ce que les autres jetaient…

Un jour je l’ai rencontré la tête totalement rasée. Je me suis dit : « c’est à cause des pous ». Mais je me suis aperçue qu’elle avait des croûtes sur le visage et les mains. Son état ne s’améliorait pas.

Lorsque j’allais à la messe le dimanche, je la croisais assise sur le trottoir qui mendiait. Elle avait l’habitude de dire : « Donne moi 5 dinars, donne moi 10 dinars. »

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

Advertisements

4 thoughts on “Sretala ju je često

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s