Je l’aime à mourir

The Cafe Terrace on the Place du Forum, tog septembra 1888. godine u Arlu u Provansi, verujem da je izgledala isto kao te noći u maju 2015. Tako sam želela da bude.

Konobar nam je doneo konjak. Nazdravili smo. Naizgled blag skliznuo je lako niz grlo i zagrejao stomak. Osetila sam da mi obrazi gore. Aroma mu je ostala na nepcima. Ovo je nemoguće, ne, sigurno ću se probuditi uskoro…

– Kada sam ti rekao da ću te voditi na konjak u Arl, da li si mi verovala?

Poverovala bih ti i da je Zemlja ravna ploča kada me pogledaš tim tvojim očima. – pomislila sam.

– Jesam, na neki način, ako bi se ukazala prilika…- rekoh.

Nasmejali smo se.

Konjak je grejao. Zavrtelo mi se u glavi. Cabrel je pevao Volim je do smrti.

 

JE L’AIME A MOURIR

La Terrasse du café sur la Place du Forum, septembre 1888 à Arles, en Provence. Je suis sûre que c’était la même cette nuit de mai 2015. Je voulais que cela soit ainsi.

Un serveur nous avait apporté du cognac. Nous avions trinqué. Apparemment doux, il s’ était écoulé facilement dans la gorge et attisait l’estomac. Mes joues brûlaient. Son arôme marquait le palais. C’est impossible, non, je vais sûrement me réveiller bientôt…

« Quand je t’ai dis que je t’emmènerai boire un cognac à Arles, est-ce que tu me croyais  ? »

J’aurais cru que la terre était plate quand tu me regardes avec ces yeux-là, pensai-je.

« Oui je t’ai cru d’une certaine façon, si l’occasion se présentait… » dis-je.

On se mit à rire.

Le cognac nous réchauffait. La tête me tournait. Et Cabrel chantait « je l’aime à mourir. »

Advertisements

N O Ć

Jedina svetlost su zvezde. Krupne i sitne posute po nebu kao svetlucavi prah. Noć je letnja, topla, nema daška vetra. Čuju se samo zrikavci. Miriše trava i reka. U mreži je udobno, blago se ljulja. Ne vidim mesec, ali ostajem tako, ne tržeći ga.

Ako bi trenutak mogao da se zaustavi, nekako spakuje i pušta po potrebi, to bi bio i jedan ovakav, savršen.

Kakva je bila Vinsentova Zvezdana noć? Junska 1889. godine, blještava, u pokretu…prepuna boja. Puna nade…

Želja da je vidim odjednom me obuze potpuno. Ugradila se samovoljno u ovaj savršen trenutak. Preplela se sa Vinsentovom plavom i žutom i svetlucavim prahom neba ove noći.

Želja je spojila nespojivo.

 

R A S T A N A K

Ćutati kad želiš da kažeš

pametno je

i govoriti kad je svejedno.

Otići pre kraja

bolje je

iskusni to znaju.

Trag ostavlja samo bol

kad nastane tišina.

 

Pesma inspirisana Tagorinom pesmom 51

 

51

Dovrši svoju poslednju pesmu, pa da se
raziđemo.
Zaboravi ovu noć, kada mine.
Koga se trudim da zagrlim? Snovi se ne
daju uhvatiti.
Moje žedne ruke pritiskuju prazninu na srce
i ona mi satire grudi.

Rabindranat Tagore

M U Z I K A

Prave reči u pravom trenutku, mogu postići mnogo, ali prava muzika postiže više. Ona dopire do najtananijih niti duše koje tada trepere u njenom ritmu. Muzika objašnjava, voli, prašta, moli, ljuti se, raduje, leči, ispiriše… Prava muzika je ključ koji rešava najkomplikovaniji lavirint.

Kada nedostaju reči, tu je muzika. Znati govoriti muzikom je poseban dar, koji razumeju samo slične duše, kako kaže Niče, pritisnute srećom. Ako bi se ljudi sporazumevali samo muzikom, možda nesporazuma nikada ne bi ni bilo.

 

“Kada muzika dopre do ušiju onog koji voli, on misli: “Ona govori o meni, govori umesto mene, ona sve zna!” Fridrih Niče

Š N A L A

Jutra su postala sveža. Sa setom se sećala toplih, letnjih, začinjenih mirisom kafe. Više nije stizala da je popije, pa je polubunovna žurila na posao. Dok je tako nerasanjena pokušavala da odluči da li da nastavi peške ili da čeka gradski autobus, naišla je Zora. Čim ju je ugledala, znala je: čekaće…

Zora je delovala odmorno. U žutom kaputiću, mada, sada već da joj nije poznat, ne zna da li bi mu tačno odredila boju. Ovoga puta ga je stegla u struku širokim kaišem sa šnalom u obliku zmije. Ona je bila toliko upadljiva da je odvlačila pažnju sa svega ostalog na njoj. Pantalone možda bordo boje, koje kao da nikada, od kako su obučene nisu oprane, uvukla je u cipele na pertlanje, ali bez pertli, bar dva do tri broja veće. U rukama je držala prazne džakove, spremna za predstojeći radni dan. Kosa joj je, vidi se dugo ne ofarbana, bila sa bojom do pola, ali zato podšišana veoma neravnomerno, kao da je to uradila sama i bez ogledala. Sve u svemu, ostavljala je utisak da ju je tog trenutka pozorišni kostimograf obukao za neku scenu u  kojoj bi bilo dovoljno da samom pojavom privuče pažnju.

Pored šnale u obliku zmije, primetila je da nosi medaljon. Izbacila ga je preko kaputića, ali ga je jedan sad već odšiven rever prikrivao.

Pre joj se Zora obraćala prva, ali kao za inat, sad nije htela..Uopšte, delovala je kao da je nije ni primetila. Krenula je ka kontejneru.

– Mora je pitati za medaljon – pomisli – mora…

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LA BOUCLE

La fraicheur matinale s’était installée. Je me souvenais de ces matinées chaudes et estivales, épicées de l’odeur du café.

Je n’arrivais pas à terminer le mien, et je filais à moitié réveillée au travail. Encore ensommeillée, j’hésitais entre continuer à pieds ou prendre le bus. Zora arriva. Dès que je l’ai vu, j’ai su : j’attendrai le bus…

Zora semblait reposée dans son manteau jaune, dont je n’arrivais plus à reconnaitre la couleur. Cette fois-ci, il était serré à la taille par une large ceinture avec une boucle en forme de serpent. Cette boucle était tellement voyante qu’elle attirait à elle seule les regards. Elle avait enfoncé son pantalon bordeau qui semblait n’avoir jamais été lavé, dans ses chaussures sans lacets et trop grandes d’au moins 2 ou 3 pointures. Elle tenait dans sa main des sacs de jute vides, prête pour une journée de travail. Ses cheveux qui n’avaient pas été teintés depuis longtemps, étaient mal taillés comme si elle les avait coupés seule et sans miroir. Elle donnait l’impression à ce moment là d’avoir été grimée pour une scène dans laquelle il suffisait qu’elle apparaîsse pour attirer l’attention.

En dehors de la boucle en forme de serpent, j’avais remarqué qu’elle avait un médaillon, Elle l’avait mis par-dessus son manteau, mais le revers déjà décousu le dissimulait.

Avant Zora m’adressait la parole la première, mais là comme un fait exprès, elle ne voulait plus. Elle se comportait comme si elle ne me remarquait plus. Elle se dirigea vers les poubelles.

« Je dois la questionner au sujet du médaillon » pensai-je, «  je le dois. »

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

Život je skup

-Daj dvaje’s dinara!

-Nemamo! Život je skup! – reče oholo devojka i zalupi vrata skupocenog automobila. Zapljusnu teškim mirisom parfema koji je ostavljala daleko za sobom.

-Baš je neprikladan za vrućinu od četrdest stepeni. – pomislila je, dok je mladić koji je bio sa njom, skoro ne zakači ramenom u prolazu. Zgranuto ih je ispratila pogledom.

Zora ovoga puta, bez uobičajenog tereta, samo sa malim džakom do pola napunjenim, se smešila. Stajala je i gledala u automobil, čija se metalik siva boja presijavala. Delovao je moćno, nema šta..

-Sramota – prošaputala je i nastavila žurno, kada je Zora iznenada počela da peva neku staru poznatu pesmu.

Scena je bila neprijatna, a ona kao da je pesmom htela da je što pre izbriše. To je bio njen način. Da briše i zaboravlja.

-Hajde kupi kiselu vodu. Osveži se.

Zora je sve glasnije pevala. Jedna starija gospođa sa psom, prolazeći joj dade nešto umotano u foliju. Uzela je i odmah počela da razmotava.

Ovoga puta joj bijade baš krivo, što od nje neće više ništa da uzme.

-Život je skup! – zakrešta Zora – Skup! Skup!

Kreveljila se i kreštala. Počela je i da pocupkuje, sve brže i jače, i da neprekidno ponavlja istu rečenicu.

Prolaznici su se okretali, neki zaustavljali.

Požurila je da se udalji od te tragikomične scene.

-Da..skup..- prošaputa

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LA VIE EST CHERE

« Donne-moi 20 dinars. »

« J’ai rien, la vie est chère ! » répondit méchament une fille qui claqua la portière de sa coûteuse voiture. Elle laissa derrière elle une lourde odeur de parfum capiteux.

« Et bien, il est inapproprié par cette chaleur de 40°. » pensai-je, alors que le jeune homme qui l’accompagnait faillit me bousculer en passant. Froissée, je les suivis du regard.

Zora, cette fois-ci, sans son bagage pesant, avec seulement un petit sac à moitié plein, ricanait. Elle était là et regardait la voiture, dont le métal gris scintillait. Il avait l’air puissant, y’a pas à dire !

« C’est honteux. » murmurai-je et poursuivis mon chemin pressée.

Soudain, Zora se mit à chanter une vieille chanson.

La scème était déplaisante, elle essayait de gommer avec cette chanson ce qui s’était passé. C’était sa manière d’effacer et d’oublier.

« Va t’achetez de l’eau minérale et rafraichis-toi. » s’adressant à moi.

Zora chantait de plus en plus fort. Une vieille dame avec son chien s’approcha d’elle et lui donna quelque chose emballé dans de l’aluminium. Elle le prit et commença à le déballer.

Je m’en voulais cette fois-ci, qu’elle refusa d’accepter quoique ce soit de moi.

« La vie est chère ! » croassait Zora, « chère, chère ! »

Elle se balançait et croassait. Elle commença aussi à faire la gigue, plus vite et plus fort en répétant inlassablement la même rengaine.

Les passants se retournaient, certains s’arrêtaient.

Je me dépéchai pour m’éloigner de cette scène tragi-comique.

« Oui… Chère. » murmurai-je.

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

M E D A LJ O N

Ulica je bila zatvorena.

Krenula je peške to jutro u žurbi i razmišljala da li je nešto zaboravila, šta prvo treba da uradi i da li će stići na vreme…

Miris svežeg asfalta još je bio jak.

-Ej!

Poznat glas…Okrenula se.

Nikada je nije videla toliko natovarenu. Nosila je dva ogromna, prepuna džaka. Savila se pod teretom.

-Molim? Mene zoveš? – upita je ona.

Zora joj priđe, spusti teške džakove sa ramena i vidno umorna i iscrpljena promrmlja:

– I tebi nema ko da nosi.

Pogledala ju je iznenađeno i u prvi mah joj ne bi jasno šta ona to govori.

– Nema Zoro. – nasmejala se.

Krenu da je obiđe, ali zapazi da oko vrata nosi medaljon. Ovalnog oblika, sa izlizanom gravurom, prekriven patinom.

Da li je bio od srebra? Odakle joj? Da li je njen ili ga je pronašla? Pitanje za pitanjem se ređalo, a radoznalost rasla. Pade u iskušenje da sazna.

Taman kada je htela da zausti, Zora uze svoje džakove i poče da ih namešta na ramena. Dok se saginjala medaljon joj se zaljuljao oko vrata. Starinski, na otvaranje..Nekada je neko u njemu nosio nečije fotografije. Da li su još uvek tu?

Mimoilazeći se, slika medaljona sa izlizanom gravurom bila joj je pred očima.

Novac joj više nije tražila.

Asfalt se isparavao.

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LE MEDAILLON

La rue était fermée.
Je suis partie à pieds ce matin-là, pressée, en pensant si je n’avais pas oublié quelque chose, qu’est-ce qu’il fallait que je fasse en premier, allais-je arriver à temps…

L’odeur de l’asphalte fraichement étalé était puissante.

« Hep ! »

Cette voix… Je me suis retournée.

Je ne l’avais jamais vu aussi chargée. Elle portait deux gros sacs de jutes pleins. Elle croulait sous leurs poids.

« Pardon, c’est moi que tu appelles ? » lui demandai-je

Zora s’approcha de moi, glissa ses sacs lourds de son dos et marmonna visiblement fatiguée et épuisée :

« Toi aussi personne ne peut te porter. »

Je l’ai regardé surprise, sur le moment je ne comprenais pas de quoi elle parlait.

« Non, Zora, il n’y a personne. » dis-je en riant

J’allais la contourner quand mon regard fut attiré par un médaillon autour de son cou.
Il était ovale, avec une gravure effacée, patinée.

Etait-il en argent ? D’où venait-il ? Etait-ce le sien ou l’avait-elle trouvé ? Les questions se bousculaient et ma curiosité grandissait.

Au moment où j’allais ouvrir la bouche pour lui demander Zora prit ses sacs et les remit sur son épaule. Pendant qu’elle se penchait, le médaillon se balançait à son cou. Un médaillon ancien ouvrant. Autrefois, quelqu’un l’avait porté avec des photos personnelles. Est-ce qu’elles étaient toujours là ?

En nous croisant, la photo du médaillon à la gravure effacée était sous mes yeux.

Elle ne me quémandait plus d’argent.

Les vapeurs de l’asphalte chaud se volatilisaient.

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

Žuti kaputić

-Ispalo ti nešto!

Okrenula se da vidi odakle dolazi to upozorenje i kome je upućeno. Na par koraka stajala je Zora u žutom kaputiću. Nikoga nije bilo u blizini. Pogledala je na trotoar. Desetak metara dalje, ležala je mala sportska torba. Kako joj je ispala ni sama nije znala, nije osetila..

-Hvala ti Zoro, od kuda ti? Dobro je da si primetila.

Dok se vraćala da je uzme, Zora je stajala ćuteći i netremice je posmatrala. Vrućina je bila skoro nepodnošljiva. Znojila se pri najmanjem naporu, a Zora je stajala mirno obučena u žuti kaputić. Na bosim nogama je imala stare iskidane papuče, nevešto ušivene žicom. Pogled joj se opet vratio na kaputić. Nekada je to bio moderan komad garderobe. Još uvek mu je boja bila lepa, iako prekriven flekama i prašinom, nekako joj je pristajao.

-Zoro, evo ti sto dinara.

Kao da je nije čula, a istovremeno kao da ju je nešto pokrenulo iz dubokih misli, ona poče da vuče svoja kolica.

-Uzmi Zoro.

-Sutra ću da uzmem. – reče ona, udaljavajući se sve brže.

Ostala je da stoji zatečena sa novčanicom u ruci.

Sunce je jako peklo. Gledala je za Zorom kroz jaru koja je izbijala iz asfalta.

Naiđoše neki prolaznici.

-Daj deset dinara. Daj dvaje’s.

Jedan zastade da joj da.

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LE PETIT MANTEAU JAUNE

« T’as fait tomber quelque chose !»

Je me suis retournée pour voir qui était interpelé et à qui cela s’adressait. Quelques pas au loin se tenait Zora dans un petit manteau jaune. Il n’y avait personne à proximité. Je regardais sur le trottoir. A une dizaine de mètres derrière moi, il y avait un petit sac de sport. Comment était-il tombé, je ne l’ai même pas senti…

« Merci Zora, mais d’où est ce que tu sors ! Heureusement que tu t’en es aperçue. »

Pendant que je revenais sur mes pas pour le récupérer, Zora se tenait là, silencieuse et m’observait sans sourciller.  La chaleur était quasiment insupportable. Je transpirais au moindre mouvement et Zora se tenait là, habillée d’un peti manteau jaune. Elle avait aux pieds de vieilles sandales déchirées, rafistolées avec du fil de fer. Mon regard se porta à nouveau sur son petit manteau jaune. Autrefois, c’était un modèle à la mode dans une garde-robe. Sa teinte était toujours belle, même recouvert de tâches et de poussière. D’une certaine manière, il lui allait bien.

« Zora, tiens cent dinars. »

Comme s’il elle n’avait pas entendu, comme si elle était plongée dans une profonde réflexion, elle commença à pousser son caddie.

« Prends Zora. »
« J’prendrai demain. » , dit-elle s’éloignant de plus en plus vite.

Je suis restée plantée là avec le billet dans la main.
Le soleil brulait.Je regardais Zora à travers la chaleur qui s’évaporait de l’asphalte.
Des passants arrivèrent.

« Donne 10 dinars, donne 20. »

L’un d’eux s’arrêta et lui donna.

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

Dvaje’s dinara

Dok je čekala gradski prevoz i prebirala po novčaniku tražeći sitan novac, iza sebe je čula poznat glas:

“Daj dvaje’s dinara.”

Okrenula se i ugledala Zoru kako nosi na leđima ogroman džak, pun starog hleba pokupljenog verovatno usput u nekom od kontejnera.

“Evo Zoro, kako si?”

Dok joj je davala novac, uočila je zanimljivu novinu. Zora je bila ofarbana u boju šargarepe! Odjednom ju je obuzela radoznalost…Ko li ju je ofarbao? Da li je možda ona sama? Ako jeste, kako je to izvela? Nije mogla da je zamisli kako ulazi u parfimeriju ili market i kupuje farbu za kosu…Jednostavno to joj je bilo neverovatno…Još bira nijansu, ili uzima prvu s reda. Čudno i smešno. Sa njom ne spojivo. Zaista, zanemarujući nijansu, koju nije želela da komentariše, kosa joj je bila ujednačeno ofarbana, mada katastrofalno neuredna. Uopšte, ostavljala je utisak iznenađenja! Da li je to bio opet onaj od trenutaka kada je želela da bude lepa? Da bude kao druge?

“Hoćeš da živiš samnom?”

Za trenutak je preseče u razmišljanju njeno direktno pitanje. Pažljivije ju je pogledala. Oči su joj bile staklaste, tužne. Delovala je usamljeno…Nikada to ne bi pomislila. Uvek je bila u poslu, zamišljena, u svom svetu, sve, samo nije delovala usamljeno. U trenutku joj bijade žao.

“Ne, ne mogu Zoro.”

“Dobro.” Odgovorila je brzo i odjednom nestade onog izraza usamljenosti i iskrenosti. Promeni joj se pogled i ona poče da namešta džak bolje i udobnije na ramenu, poče da se okreće, da gleda oko sebe i nastavi ka nekom, samo njoj znanom cilju.

Autobusa još nije bilo…Razmišljala je o Zorinoj šargarepa boji kose i čudnom pitanju koje joj je uputila…Nasmejala se. Dok je odvajala novac za kartu, jednu novčanicu od dvadeset je stavila na stranu, za svaki slučaj, sutra, ako je bude srela..

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

20 D I N A R S

Pendant que j’attendais le bus et farfouillais dans mon porte-monnaie cherchant l’appoint, je reconnus une voie familière.

« Donne 20 dinars. »

Je me retournai et aperçus Zora qui portait un énorme sac de jute sur son dos, rempli de pain rassis sûrement ramassé en chemin dans les poubelles.

« Zora, Tiens. Comment vas-tu ? »

En lui donnant l’argent, je vis une nouveauté. Zora avait une coloration couleur carotte ! D’un seul coup ma curiosité fut attisée ! Qui lui avait fait sa couleur ? Elle seule ? Et si oui, comment avait-elle fait ? Je n’arrivais pas à l’imaginer entrant dans une parfumerie ou un supermarché pour acheter une coloration pour cheveux. C’était tout simplement incroyable… et même choisir une nuance ou prendre la première présente sur le rayon. Etrange et amusant à la fois. Ça ne collait pas avec elle. C’est vrai, sans vouloir débattre sur le sujet, ses cheveux étaient uniformément colorés mais horriblement décoiffés. Elle laissait une impression étonnante. Était-ce un de ces moments où elle désirait être jolie ? Pour être comme les autres ?

« Tu veux vivre avec moi ? »

Sa question directe interrompit mes pensées. Je la regardais attentivement. Ses yeux étaient vitreux, tristes. Elle semblait si seule… Jamais je n’y avais pensé. Elle, qui était toujours affairée, dans son monde et tout, mais jamais à ce point seule. Sur le moment, j’étais triste pour elle.

« Non, je ne peux pas Zora. »

« Bien » me répondit-elle brièvement et soudain ses traits francs et marqués par la solitude disparurent de son visage. Son regard changea pendant qu’elle chargeait son sac de jute sur ses épaules de manière plus confortable, elle se retourna, regarda autour d’elle, et poursuivit son chemin vers un but connu d’elle seule.

Le bus n’était pas encore là… Je réfléchissais aux cheveux carotte de Zora et à son étrange question… je souriais. Pendant que je mettais de côté la monnaie pour mon ticket, je mis un billet de 20 dinars à part, au cas où je la croiserais demain…

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

J A B U K A

Tog jutra je ustala rano. Trebalo je dosta toga nabaviti, pa je zamolila decu da joj pomognu. Dok su se vraćali sa pijace, ruku prepunih povrća i voća, opet je naišla ona. Vukla je kolica pretovarena nekim samo njoj znanim stvarima. Dečak je išao ulicom i  pevušio.

-Pazi na kola.- reče ona iznenada.

-Ona pazi na tebe.- došapnula mu je sestra.

-Zoro, hoćeš jabuku, hajde uzmi.- ponudi je dečak.

-Neka, neću..ostavi da imaš ti. – reče.

Ponovo ju je iznenadila. Ona koja prosi, traži od drugih, od njega ne želi da uzme.

-Ma uzmi, imam ja dovoljno. Uzmi…

Uzela je nekako stidljivo. Uopšte, ponovo nije ličila na sebe.

-Kad kupim kiselu vodu, daću i ja tebi.- reče.

Zora je ponovo bila puna iznenađenja. Pokazala je brigu, skromnost, stid, simpatije, velikodušnost..Toliko toga odjednom od nje, koja je bila prezrena od ljudi, i nije tretirana kao ljudsko biće…

Nije mogla da se seti kada je poslednji put toliko toga videla kod nekog od ljudi sa kojima se susreće svakodnevno…

 

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LA POMME

Je m’étais levée tôt ce matin-là. Je devais faire d’importantes courses et j’avais demandé à mes enfants de m’aider. Ils revenaient du marché les bras remplis de fruits et légumes, lorsqu’ils la croisèrent à nouveau. Elle poussait son caddie débordant de choses et d’autres, connus d’elle seule. Mon fils, marchait dans la rue, chantonnant.

  • Fait attention aux voitures, lui dit-elle brusquement.

  • Elle veille sur toi, lui chuchota sa sœur.

  • Zora, tu veux une pomme, allez prends en une, lui offrit mon fils.

  • Laisse, j’en veux pas, garde-la pour toi, dit-elle.

Elle l’avait encore une fois étonné. Elle qui mendiait, qui quémandait d’autrui, ne désirait rien de lui.

  • Allez, prends en une, j’en ai plein. Prends…

Elle prit la pomme, presque timidement. Elle n’était plus elle-même.

  • Quand j’achèterai de l’eau minérale gazeuse, je t’en donnerai aussi, dit-elle.

Zora était à nouveau pleine de surprises. Elle faisait preuve de sollicitude, de modestie, de timidité, de sympathie, de générosité. Tant de qualités se révélaient en elle, elle qui était méprisée des gens et qui n’était pas traitée comme un être humain…

Je n’arrivais pas à me souvenir de la dernière fois où j’avais rencontré une personne avec tant de qualités parmi les gens que je croisais quotidiennement.

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…