Saluant le public

Koliko podilazimo javnosti i koliko nas košta kada to ne činimo? Ili činimo? Da li mali čovek sme da se usudi da ne podilazi nikome? Da bude svoj.

Prošla je pored komšije i nasmejala se slatko njegovoj glupoj šali. Videla je da je srećan, jer je mislio da je zanimljiv. Rekla je koleginici da danas dobro izgleda iako je podbula i čupava. Šefu da je oduševljena njegovom idejom, koju je predložila pre neki dan. U prodavnici je namrgođenoj kasirki rekla da je jako ljubazna. Mužu da je divan, deci da su dobra. Prijateljima da su diskretni i iskreni. Osećala se loše, a nije znala zašto.

Prošla je pored komšije, rekla ćao i kiselo se nasmejala njegovoj glupoj šali. Videla je da je zbunjen, jer je mislio da je zanimljiv. Rekla je koleginici da je imala i boljih dana. Šefu da je licemer i kradljivac tuđih ideja. U prodavnici namrgođenoj kasirki nije rekla ništa. Mužu da je postao nepodnošljiv, deci da su dobra. Prijateljima da su lažni.

Osećala se odlično i znala je zašto.

SALUANT LE PUBLIC

Combien cela nous coute d’être mesquin en public ou de ne pas l’être ? Est-ce que le simple individu peut se permettre de ne pas être mesquin? D’être lui-même.

Elle est passée devant son voisin, a bien ri de sa blague ridicule. Elle voyait qu’il était heureux, parce qu’il pensait qu’il était spirituel. Elle a dit à sa collègue qu’elle était jolie aujourd’hui même si elle était gonflée et décoiffée. Qu’elle était satisfaite de l’idée que son chef avait soumis il y a quelques jours. A la caissière renfrognée, au supermarché, qu’elle était très aimable. A son mari, qu’il était merveilleux, aux enfants qu’ils étaient gentils. Aux amis, qu’ils etaient discrets et sincères. Elle se sentait mal et ne savait pas pourquoi.

Elle est passée devant son voisin, lui a dit « salut » et s’est moqué de sa blague idiote. Elle voyait qu’il était stupéfait parce qu’il pensait qu’il était spirituel. Elle a dit à sa collègue qu’elle avait eu des jours meilleurs. A a son chef, qu’il était hypocrite et voleur des idées d’autrui. A la caissière renfrognée, au supermarché, elle n’a rien dit. A son mari, qu’il était insuportable, aux enfants qu’ils étaient gentils. Aux amis qu’ils étaient faux.

Elle se sentait parfaitement bien et savait pourquoi.

 

Advertisements

2 thoughts on “Saluant le public

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s