S I Z I F

Sizif je živeo na Korintskoj prevlaci i imao je veliko krdo krava. Primetio je da mu se krdo smanjuje, pa im je pod kopita utisnuo žig “ss”. Otkrivši kradljivca i želeći da ga kazni, obljubio mu je kćer koja mu je rodila Odiseja. Veoma lukav, Sizif je činio mnoga zlodela. Pljačkao je, ubijao nedužne putnike, i naravno odao Zevsovu tajnu.
Zbog svega toga kažnjen je tako što je dobio zadatak da ogroman kamen odgura na vrh brda najstrmijom stranom, prebaci ga preko vrha i skotrlja u podnožje. Nikada nije uspeo to da uradi. Taman kad bi ga dogurao do vrha, kamen bi od težine sam skliznuo nazad, pa bi počinjao iz početka.

Za uzaludan posao ili zadatak koji se mora uraditi, a skoro ga je nemoguće ispuniti kažemo da je “Sizifov posao”.
Manje ili više za običnog čoveka u Srbiji sve je Sizifov posao. Od plaćanja računa, do kupovine najbanalnijih stvari. Uopšte, za dostojanstven život ulaže mnogo truda, a rezultati su neizvesni. Obično se vraća na početak još umorniji.
Ali kad prosečnog, kočopernog Srbina pitaju: “Kako ste?”
On kao Jov odgovara: “Ne žalim se!”
Ili kao Ikar: “Sjajno!”
Ili kao Platon: “Idealno!”
Nekad kao Marks: “Biće bolje.”
Retko ćete čuti da kao Prometej kaže: “Nešto me nagriza.”
Ili kao Frenklin: “Sav sam naelektrisan!”
Ako bi mene pitali, ja bih se složila sa Pikasom: “Zavisi od perioda.”

S I S Y P H E

Sisyphe vivaint dans l’isthme de Corinthe et avait un énorme troupeau de vaches. Il se rendit compte que son troupeau diminuait, et avait marqué la corne des pattes de ses vaches du sigle « SI ». Ayant découvert le voleur, il lui prit sa fille qui mit au monde Odyssé. Le très malin Sisyphe commettait des actes mauvais. Il volait, tuait les voyageurs innocents, et bien sûr trahit le secret de Zeus. Pour tous ces forfaits, il fut condamné à rouler un rocher jusqu’en haut d’une montagne qui redescendait à chaque fois qu’il parvenait au sommet à cause de son poids. Et il recommençait tout depuis le début.

Pour un travail ou une tâche qui doit être accompli, et qu’il est impossible de réaliser, on dit que c’est « le rocher de Sisyphe ».
En Serbie, pour le citoyen moyen, c’est plus ou moins « le rocher de Sisyphe ». Du paiement des factures, à l’achat des produits les plus anodins. En général, il investit beaucoup d’energie pour une vie digne mais les résultats sont incertains. Il revient alors au début encore plus épuisé.
Mais quand on demande au citoyen Serbe moyen, blasé : « comment allez vous ? »
Il répond comme Job : « je ne me plains pas ! »
Ou comme Icare ; « Brillamment bien ! »
Ou comme Platon : « Idéalement bien ! »
Autrefois comme Marx : « ça ira mieux ! »
Vous entendrez rarement dire comme Prométhée : « quelque chose me ronge ! »
Ou comme Franklin : « Je suis tout électrique ! »
Si on me le demandait, je m’accorderais à dire comme Picasso : « ça dépend des jours.»

Advertisements

One thought on “S I Z I F

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s