O P O Z I V

“Znaš, to što smo ti i ja iz dva potpuno različita sveta, onaj osećaj ne zna za to.”
“Osećaj ne zna, ali moj razum mu neće dozvoliti da pređe granicu između svetova. Može da bludi tu i tamo, i to je sve.”
“Misliš da tvoj razum ima toliku vlast nad srcem?”
“Naravno. Ja sam oduvek surov i upravljam i svojim i tuđim osećanjima.”
“Kako da ti onda osećanja blude tu i tamo ka meni ako imaš apsolutnu moć?”

Za trenutak se zamislio, delovao je kao da nema odgovor, ali se brzo pribrao.

“U ovom životu imam apsolutnu vlast. S godinama sam malo smekšao, pa popustim. Posmatram radoznalo šta će biti. Igram se.”
“Igraš se osećanjima drugih? Zar to nije surovo?”
“Ja i jesam surov. Rekao sam ti.”

Sad se ona zamislila. Nešto se tu nije uklapalo. Sigurno je u pravu. Trebala bi i ona da uključi razum i postavi emocije na svoje mesto. Zašto rizikovati i još uz to možda ispasti budala. Treba učiti od surovih. Oni ne stavljaju sebe u položaj mogućeg gubitnika. Sve proračunaju i igraju na sigurno. Na pobedu.

“Lepo je što si mi to ispričao. Opozvala sam svoja osećanja. Neće ti više biti dostupna. Želim da budem kao ti. Mudra.”

Sad je on ćutao i gledao je čudno. Za trenutak, ali samo za delić trenutka primetila je da mu je krivo, ili je možda umislila?

“Pametno. Vidiš da je moguće biti mudar kada se odluči.”

Svako je otišao na svoju stranu. Nije se više osećala ona uzbudljiva napetost iščekivanja. Neka čudna tišina i praznina prostrla se izmešu njih. Tako je valjda kad si mudar.

Tiho.

 

LE REFLUX

« tu sais, le fait que nous soyons toi et moi de deux mondes différents, les sentiments ne font pas cette différence. »
« Les sentiments ne le savent pas, mais ma raison ne permettra pas qu’ils passent la frontière entre les mondes. Ils peuvent butiner ça et là, mais c’est tout »
« Penses-tu que ta raison a un tel pouvoir sur le cœur ? »
« Evidemment. Je suis depuis toujours dur et je gouverne mes sentiments et ceux des autres ? »
« Comment se fait-il que tes sentiments vont çà et là et reviennent vers moi puisque tu as les pleins pouvoirs ? »

Il songea un instant, comme s’il ne savait pas quoi répondre, et se ressaisit.

« Dans cette vie, j’ai le pouvoir absolu. Avec l’âge, je me suis adouci, et je cède. J’observe avec curiosité ce qui va se passer… Je m’amuse… »
« Tu t’amuses avec les sentiments des autres ? Mais c’est cruel, non ? »
« Mais je suis cruel. Je te l’ai dit. »

Elle était plongée dans ses pensées. Quelque chose n’allait pas. Il avait surement raison. Il faudrait qu’elle aussi enclenche sa raison et qu’elle ramène ses émotions à leurs places. Pourquoi risquer encore et de nouveau être tournée en ridicule. Il faut apprendre de ceux qui sont durs. Ils ne se positionnent pas comme des perdants. Ils calculent et jouent la sécurité. La victoire.

« tu as bien fait de m’avoir raconté tout cela. J’ai refoulé mes sentiments. Ils ne sont plus disponibles. Je souhaite être comme toi. Sage et raisonnable. »

Maintenant, il se taisait et la regardait bizarement. Sur le moment, une infime seconde, il se sentait coupable, ou l’avait-elle imaginé ?

« Malin !… Tu vois, on peut être sage quand on le décide. »

Ils se séparèrent, chacun de son côté. Cette tension excitante de l’attente s’était évaporée. Le silence et le vide s étaient étrangement installés entre eux. C’est sans doute comme ça quand on est raisonnable.

Advertisements

2 thoughts on “O P O Z I V

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s