KO GDE KAD ŠTA

Na autobuskoj stanici nije bilo gužve. Od kako je počela kriza, skoro da i nije bilo putnika. Primetila je i neke mini buseve. Delovali su smešno i tužno. Kad je sve počelo naglo da se survava, teško je bilo odrediti. Uglavnom i putovanje do susednog grada je bilo retko.
Za par minuta će stići autobus. Jedan mladić je šetao gore dole i glasno pričao telefonom. Kao da je namerno želeo da animira one malobrojne što su čekali.
Pažnju joj je privukao razgovor pored.
“Znaš to je ona što radi … Kako ne znaš? Majka joj je …, a otac drži ono … Zabavljala se sa … on je ostavio na venčanju.”
Detalji su se nizali. Pikanterija za pikanterijom.
Toliki broj podataka bio je za divljenje. Iz priče je shvatila da se znaju samo iz viđenja.
Mentalitet grada na delu.
Bilo grada.
Intrige i spletke.
Žila kucavica.
Osnovni materijal koji drže ljudi u glavi su tuđi životi.
“Precizni” podaci o svima.
Nebitno je da li su iz prve, ili ko zna koje ruke.
Istine, poluistine, laži.
Važno je da se “zna” i prepričava svuda.
Neko pametan je pitao, zašto su nam kulturni događaji slabo posećeni i to ih uvek mahom posećuju isti ljudi. Jedan od odgovora se nameće.
Kultura nije u sferi interesovanja velike većine. Uz kafu, na ulici, stanici… se ne razgovara o izložbi, predstavi, knjizi… Razgovara se o ljudima. Ko, gde, šta, kad, kako…s kim.
Pikanterije, poluistine, gluposti.
Kakva je korist od toga?
Bolesna naslada podsmeha ako neko pati, zavist ako ima, mržnja ako voli…
Spletke, klopke.
Interesantnije je znati ko je kome ko, s kim i kako, nego pročitati nešto pa malo o tome proćaskati.
Ili kakav utisak je ostavila neka slika posle izložbe, i da li je izazvala emocije? I zašto su prošli trnci na baš tom taktu, te muzike?
Ili kako smo se od srca smejali u toku predstave dok se sala orila!

 

QUI OU QUAND QUOI

Il n’y avait pas foule à la station de bus. Depuis le début de la crise, il n’y avait presque plus de voyageurs. Elle remarqua même des minibus. Ils semblaient tristes et bizarres. Quand tout avait commencé à s’effondrer, difficile à déterminer. Bref, un voyage dans la ville voisine devenait rare. Dans quelques minutes le bus arriverait. Un jeune homme faisait les cent pas en parlant fort au téléphone. Comme s’il voulait animer volontairement le peu de personnes qui attendaient.
Son attention fut plutôt attirée par la discussion à côté d’elle.
« Tu sais, c’est celle qui travaille… Comment tu ne sais pas ? Sa mère est… et son père dirige le … elle fréquente… il l’a laissé devant l’autel. »
Les détails s’ajoutaient. Potins sur potins.
Tant d’informations étaient épatant ! De la conversation, elle en comprit qu’elles se connaissaient de vue.
La mentalité urbaine à l’œuvre.
Toutes les villes…
Les intrigues et les manigances.
Le nerf de la guerre.
Le principal matériau que les gens ont en tête… la vie des autres.
« Des données précises » sur tout le monde.
Qu’elles soient de première main ou déjà obsolètes, peu importait.
Les vérités, les pseudo-vérités, les mensonges.
Le plus important est que cela se sache et se raconte partout.
Quelqu’un d’intelligent demanda un jour pourquoi les évènements culturels étaient si peu suivis et toujours par les mêmes personnes. Une réponse est évidente : la culture ne fait pas partie de la sphère des intérêts du plus grand nombre. Au café, dans  la rue, à la station de bus, on ne parle pas d’expositions, de représentations, de livres…
On parle des gens : qui, où, quoi, quand, comment…avec qui !
Les potins, des pseudo-vérités, des âneries.
Quel avantage à tout cela ?
Le délice maladif de rire de la douleur de l’autre, l’envie s’il possède quelque chose, le mépris s’il est amoureux…
Les manigances, les pièges.
Il est plus intéressant de savoir qui est quoi pour qui, qui est avec qui et comment, que de lire quelque chose et en discuter un tant soit peu ; ou quelle impression a laissé une peinture lors d’une Expo et a-t-elle provoquée des émotions ? Et pourquoi avons-nous ressenti des fourmillements sur ce tempo, cette musique ? Ou pourquoi avons-nous ri de bon cœur faisant écho à la salle pendant la pièce de théâtre !

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s