K L E T V A

Potoci su bili puni smeća.

“Kako im nije žao da bacaju smeće u potoke?!”

Najlon kese razbacane svuda okolo sablasno su se lelujale na povetarcu. Ovo je već koji po redu pretrpan đubretom. Za ne poverovati. Počela je da ga kupi na jednu gomilu. Čemu? Uhvati je malodušnost. Sutra će opet sve biti isto. Ovim naporom ne postiže ništa. Bacači nemaju obzira. Ne cene prirodu. Nema sankcija, osilili su se.

Ono što je sigurno kod naših ljudi je duboko ukorenjeno sujeverje. Setila se da su u jednom mestu, taj problem efikasno rešili kletvom. Postavili su tablu sa ispisanom kletvom i posle izvesnog vremena više tu đubre niko nije bacao.
Kako stvari stoje na svakom koraku bi trebalo postavljati slične table, počev od prirode, pa do institucija. Nije izvodljivo.
Stiglo je proleće. Priroda se budila.
Ostalo je samo da veruje da će priroda i ljubav ljudi prema njoj ipak pobediti!

 

MALEDICTION

Les ruisseaux étaient plein de déchets.

Ils devraient avoir honte de jeter les déchets dans les ruisseaux ?!

Les sacs en plastique jetés au tout venant, se balançaient dans le vent. Combien de fois déjà cette saleté débordait. Incroyable ? Elle les ramassa une pile de sacs. Pourquoi ? le découragement la saisit. Demain, ce sera la même chose. Tant d’effort pour rien. Ceux qui jettent s’en fichent et ne respectent pas la nature. Le laisser-aller sans la punition.

Ce qui est profondément enraciné dans notre population est la superstition. Elle avait le souvenir d’un lieu où ce problème avait été résolu par une malédiction efficace. Un panneau avait été mis avec une malédiction inscrite dessus et après quelques temps, plus personne ne jeta de déchets.
En l’état des choses actuelles, il faudrait mettre à chaque pas des panneaux identiques commençant par la nature jusqu’aux institutions. Mais c’est impossible.

Le printemps s’installait. La nature se réveillait.
Il ne restait plus qu’à croire que la nature et l’amour que lui portent les hommes vaincront malgré tout.

Advertisements

A K T

Da stvari sagledamo onakvim kakve one jesu, najbolje je. Tako rade racionalni ljudi.
Ali kako bi se inače pomerao svet?
Kako bi se događala čuda, da nema ludosti i hrabrosti?
Kako bi sve bilo dosadno i nemoguće kada ne bi smo zamišljali i sanjali?
Dok pisac kroz igru reči i mašte piše roman, neko čeka da ga pročita i bude srećan.
Dok se muzičar igra tonovima, neko ih sluša i zaljubljuje se.

Ako vidim da je tvoja kosa plavetnilo posuto srebrom, ko me može razuveriti?
Ako vidim da su ti oči dva vulkana koja me prže, tu nema pomoći.
Mogu da vidim dobro u čoveku iako nije dobar.
Mogu da menjam svet, bar u mašti.
Da osvajam neosvojivo. Mogu da pokušam i uspem.

Dok umetnik slika akt, modela u kaputu, nepogrešivo.

 

OEUVRE

Le mieux est de regarder les choses telles qu’elles sont. Ainsi font les gens rationnels.
Sinon, comment le monde bougerait ?
Comment les miracles auraient lieu, s’il n’y avait pas de folie et de courage ?
Comme les choses seraient ennuyeuses et improbables si nous ne pouvions imaginer et rêver ?
Pendant que l’écrivain, à travers le jeu des mots et de l’inspiration, écrit un roman, quelqu’un attend de le lire et être heureux.
Pendant que le musicien joue des notes, quelqu’un les écoute et tombe amoureux.

Si je vois tes cheveux blonds parsemés d’argent, qui peut me détromper ?
Si je vois que tes yeux sont deux volcans qui me brûlent, là point de salut.
Je peux voir le bon dans l’autre même s’il n’y en pas.
Je peux changer le monde, au moins en songes.
Je peux conquérir ce qui ne peut l’être. Je peux essayer et réussir.

Pendant que l’artiste peint son œuvre, le modèle au manteau, sans ratures.

C E N Z U R A

Francuski prosvetiteljski filozofi: Ruso, Monteskje, Volter, Didro, Dalamber, Lametri, Holbah, Kondijak, Helvecijus…bili su veliki borci za građanske slobode. Oni su ih nazivali “Prirodnim pravima”. Tu se prvenstveno vodila borba protiv cenzure i za slobodu štampe. Trebalo je omogućiti pojedincu da slobodno može da iskaže svoje stavove o politici, religiji moralu…Princip o nepovredivosti pojedinca unet je u Proglas o pravima čoveka i građanina koji je usvojila Skupština 1789. godine.

Atelier_de_Nicolas_de_Largillière,_portrait_de_Voltaire,_détail_(musée_Carnavalet)_-002

Voltaire

“Kad Bog ne bi postojao, valjalo bi ga izmisliti.”

CENSURE

Les philosophes français des Lumières, Rousseau, Montesquieu, Voltaire, Diderot, D’Alembert, Holbach, La Métrie, Condillac, Helvétius… étaient de grands combattants pour les libertés du citoyen qu’il nommaient les « droits naturels ». La lutte principale était celle contre la censure et pour la liberté de la presse. Il fallait permettre à l’individu d’exprimer son opinion sur la politique, la religion, la morale… Le principe de des droits inaliénables de l’individu a été intégré dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui a été votée par l’Assemblée Constituante en 1789.

B O J E

Svaka boja je priča i svaka priča je boja.

Koliko svetlosti u sebi nosiš toliko nijansi možeš da imaš.
To je kao kad se neko pojavi u prostoriji i zasija. Niko konkretno ne vidi tu svetlost, ali je ona opet vidljiva i obasjava sve oko sebe.
I tamo gde se ne može dokazati postojanje talasne dužine, nastaju boje.

Za mene su boje osećanja.
Getea je zanimalo ono što je dodirnuto u duši kada oko primi svetlost.

Ja volim tvoje boje. One su tople i uvek mi izazivaju radost.
Prelivaju se u tonovima smeđe, oranž i žute.
Greju me.

Tvoje su sve nijanse plave. Kada si srećan sijaju srebrno i zlatno.

Na trenutak su ćutali.
Sunce je zalazilo i prelivalo reku svim nijansama vatre.
Bilo je hipnotišuće.

 

COULEURS

Chaque couleur est une histoire et chaque histoire est une couleur.

La lumière que tu portes en toi a autant de nuances.
De la même manière, lorsqu’une personne apparaît dans une pièce, elle rayonne. Personne ne voit réellement cette lumière, mais elle est perceptible et éclaire tout autour d’elle.
Les couleurs se révèlent à l’endroit même où les longueurs d’onde n’existent pas.

Pour moi, les couleurs sont des sentiments.
Goethe était intéressé par ce qui touchait à l’âme quand l’œil percevait la lumière.

Moi, j’aime tes couleurs. Elles sont chaudes et provoque toujours en moi la joie.
Elles m’inondent de tonnes de blond, orange, jaune.
Elles me réchauffent.

Tes nuances sont bleues. Quand tu es heureux, elles sont irisées d’argent et d’or.

Ils se taisaient un instant.
Le soleil se couchait et emplissait la rivière de toutes les tonalités des flammes.
Quel envoûtement.

B L U E

Olovni oblaci nebom se vuku
Talasi igraju svoj divlji ples
Prozebla, mokra drhtim na vetru
Kako da pređem? Nemoć i bes.

Otići treba, zar nije lakše?
Ubeđujem sebe dok vetar seče
Rizik je velik, reka je divlja
Ni zvezda nema, mračno je veče.

Odlučih ipak, zaplivah snažno.
Reka se smiri i vetar stade.
Zasija mesec i zvezde mnoge.

Gle čuda, bajke, zar san je ovo?
Srebrno je nebo i reka plava.
Hrlim ti, čuj me, dok nije java!

 

BLUE

Les nuages de plomb se trainent dans le ciel
Les vagues dansent de leur mouvement sauvage
Glacée, trempée, je tremble au vent
Comment traverser ? Impuissance et colère.

Il faut partir. Est-ce plus facile ?
Je tente de me convaincre pendant que le vent fouette
Le risque est grand, la rivière sauvage
Pas une étoile, la nuit noire.

Je me décide enfin, je nage puissamment,
La rivière se calme et le vent s’arrête de souffler.
La lune brille et tant d’étoiles aussi.

Quel miracle des contes, est-ce un rêve ?
Le ciel est d’argent et la rivière bleue.
Je cours après toi, entends-moi, jusqu’à ce que soit vrai !

KO GDE KAD ŠTA

Na autobuskoj stanici nije bilo gužve. Od kako je počela kriza, skoro da i nije bilo putnika. Primetila je i neke mini buseve. Delovali su smešno i tužno. Kad je sve počelo naglo da se survava, teško je bilo odrediti. Uglavnom i putovanje do susednog grada je bilo retko.
Za par minuta će stići autobus. Jedan mladić je šetao gore dole i glasno pričao telefonom. Kao da je namerno želeo da animira one malobrojne što su čekali.
Pažnju joj je privukao razgovor pored.
“Znaš to je ona što radi … Kako ne znaš? Majka joj je …, a otac drži ono … Zabavljala se sa … on je ostavio na venčanju.”
Detalji su se nizali. Pikanterija za pikanterijom.
Toliki broj podataka bio je za divljenje. Iz priče je shvatila da se znaju samo iz viđenja.
Mentalitet grada na delu.
Bilo grada.
Intrige i spletke.
Žila kucavica.
Osnovni materijal koji drže ljudi u glavi su tuđi životi.
“Precizni” podaci o svima.
Nebitno je da li su iz prve, ili ko zna koje ruke.
Istine, poluistine, laži.
Važno je da se “zna” i prepričava svuda.
Neko pametan je pitao, zašto su nam kulturni događaji slabo posećeni i to ih uvek mahom posećuju isti ljudi. Jedan od odgovora se nameće.
Kultura nije u sferi interesovanja velike većine. Uz kafu, na ulici, stanici… se ne razgovara o izložbi, predstavi, knjizi… Razgovara se o ljudima. Ko, gde, šta, kad, kako…s kim.
Pikanterije, poluistine, gluposti.
Kakva je korist od toga?
Bolesna naslada podsmeha ako neko pati, zavist ako ima, mržnja ako voli…
Spletke, klopke.
Interesantnije je znati ko je kome ko, s kim i kako, nego pročitati nešto pa malo o tome proćaskati.
Ili kakav utisak je ostavila neka slika posle izložbe, i da li je izazvala emocije? I zašto su prošli trnci na baš tom taktu, te muzike?
Ili kako smo se od srca smejali u toku predstave dok se sala orila!

 

QUI OU QUAND QUOI

Il n’y avait pas foule à la station de bus. Depuis le début de la crise, il n’y avait presque plus de voyageurs. Elle remarqua même des minibus. Ils semblaient tristes et bizarres. Quand tout avait commencé à s’effondrer, difficile à déterminer. Bref, un voyage dans la ville voisine devenait rare. Dans quelques minutes le bus arriverait. Un jeune homme faisait les cent pas en parlant fort au téléphone. Comme s’il voulait animer volontairement le peu de personnes qui attendaient.
Son attention fut plutôt attirée par la discussion à côté d’elle.
« Tu sais, c’est celle qui travaille… Comment tu ne sais pas ? Sa mère est… et son père dirige le … elle fréquente… il l’a laissé devant l’autel. »
Les détails s’ajoutaient. Potins sur potins.
Tant d’informations étaient épatant ! De la conversation, elle en comprit qu’elles se connaissaient de vue.
La mentalité urbaine à l’œuvre.
Toutes les villes…
Les intrigues et les manigances.
Le nerf de la guerre.
Le principal matériau que les gens ont en tête… la vie des autres.
« Des données précises » sur tout le monde.
Qu’elles soient de première main ou déjà obsolètes, peu importait.
Les vérités, les pseudo-vérités, les mensonges.
Le plus important est que cela se sache et se raconte partout.
Quelqu’un d’intelligent demanda un jour pourquoi les évènements culturels étaient si peu suivis et toujours par les mêmes personnes. Une réponse est évidente : la culture ne fait pas partie de la sphère des intérêts du plus grand nombre. Au café, dans  la rue, à la station de bus, on ne parle pas d’expositions, de représentations, de livres…
On parle des gens : qui, où, quoi, quand, comment…avec qui !
Les potins, des pseudo-vérités, des âneries.
Quel avantage à tout cela ?
Le délice maladif de rire de la douleur de l’autre, l’envie s’il possède quelque chose, le mépris s’il est amoureux…
Les manigances, les pièges.
Il est plus intéressant de savoir qui est quoi pour qui, qui est avec qui et comment, que de lire quelque chose et en discuter un tant soit peu ; ou quelle impression a laissé une peinture lors d’une Expo et a-t-elle provoquée des émotions ? Et pourquoi avons-nous ressenti des fourmillements sur ce tempo, cette musique ? Ou pourquoi avons-nous ri de bon cœur faisant écho à la salle pendant la pièce de théâtre !

 

M O Ć

Veliki Gete kaže da je tek sa sedamdeset četiri godine osetio ljubav prema ljudima.
Možda se to ni tada ne bi desilo da se nije zaljubio u Urlike, devojku od devetnaest godina.
U svemu što nije imalo veze s njom osećao je dosadu.
Neprekidno je mislio na nju.
Bolelo ga je kad odvraća misli od nje.
Zavisnost od nje ga je obogaćivala.
Shvatio je zašto nije nikada umeo da mrzi.
U njemu je živela ljubav koja je čekala nju.
Ljubav ne zna za godine.
Ne zna za njih ni čovek koji voli.
Slušao je Betovena kako svira svoju prvu klavirsku sonatu.
To je za njega bila apsolutna muzika.
Opet je osetio tu apsolutnu moć muzike,
kraj nje.

44

ZNAT ćeš da te ne volim i da te volim,
jer živjeti je moguće na dva načina,
riječ je samo krilo tišine,
a vatra čuva polovinu studeni.

Volim te da bih te počeo voljeti,
da bih ponovo počeo beskraj,
da te ne bih prestao voljeti nikada:
zato te još uvijek ne volim.

Volim te i ne volim, kao da imam
u svojim rukama ključeve sreće
i nesigurnu sudbinu nesretnika.

Moja ljubav ima dva života da bi te voljela.
Zato te volim kada te ne volim
i zato te volim kada te volim.

Pablo Neruda

 

44

Sache que je ne t’aime pas et que je t’aime
Puisque est double la façon d’être de la vie,
Puisque la parole est une aile du silence,
Et qu’il est dans le feu une moitié de froid.

Moi je t’aime afin de commencer à t’aimer,
Afin de recommencer à l’infini
Et pour que jamais je ne cesse de t’aimer :
C’est pour cela que je ne t’aime pas encore.

Je t’aime et je ne t’aime pas , c’est comme si
J’avais entre mes deux mains les clés du bonheur
Et un infortuné, un incertain destin.

Mon amour a deux existences pour t’aimer.
Pour cela je t’aime quand je ne t’aime pas
Et c’est pour cela que je t’aime quand je t’aime.

 

 

 

P R A H

“Znaš li kad je kraj?”

“Kad u srcu bude kraj. Zapravo, prvo odluka nastane u razumu, pa se melje u srcu. Melje se kao zrno između dva teška kamena. U prah. Prah se iznese na oluju i nestane u trenu. Onda je kraj. Nema više ništa. Sve nestane.”

“Komplikovan proces. Kako obezbediti sve uslove od odluke, kamena, mlevenja? Oluja, to je tek problem. Nije je bilo decenijama. Šta ako je ne bude još toliko?”

“Ništa. Čekaš.”

“Misliš da je to jedini način? I zašto baš oluja? Zar ne može i bez toga da se oslobodi praha.”

“Valjda može. Ne znam. Znam da je posle oluje vazduh čist. Tada si spreman za novi početak.”

Veverica je netremice slušala Cvrčka i jedna velika suza joj je potpuno zamaglila vid. U glavi joj se sve pomešalo. Srce joj je jako lupalo. Nije bila spremna ni na odluku, ni da njeno nežno srce bilo šta melje. Nije uopšte želela kraj. Samo je plakala. Kroz suze se prelamala svetlost i u bojama duge joj se učinilo da vidi Mrava.

Inspirisano pričama Tona Telehena.

 

POUSSIERE

« Est-ce que tu sais quand c’est la fin ? »

« Quand dans le cœur tout finit. En fait, la décision naît en premier dans la raison, puis se réduit en poudre dans le cœur. Elle se broie comme un grain de blé entre deux rocs lourds. En poussière. La poussière est libérée dans la tempête et disparait en un instant. Puis c’est la fin. Il n’y a plus rien. Tout disparait. »

« C’est un processus compliqué. Comment s’assurer que toutes les conditions sont réunies de la décision, des rocs, du meulage ? La tempête, là est le problème. Il n’y en a pas eu depuis des décennies. Et si elle ne se déclenchait pas encore pour autant ? »

« Alors, rien. Tu attends. »

« Tu penses que c’est le seul moyen ? Et pourquoi justement une tempête ? Pourquoi ne pas faire sans elle pour se libérer de la poussière. »

« Je suppose que c’est possible. Je ne sais pas. Je sais qu’après la tempête l’air est plus sain. Puis, tu es prêt pour un nouveau départ. »

L’Ecureuil écoutait sans sourciller le Grillon et une grosse larme lui embruma la vue. Dans sa tête, tout s’était embrouillé. Son cœur battait la chamade. Il n’était pas prêt ni à prendre une décision ni à faire moudre quoique ce soit dans son cœur tendre. Il ne voulait surtout pas que tout s’achève. Il pleurait doucement. A travers les larmes se reflétait le prisme des couleurs de l’arc-en-ciel à travers lequel il eu l’impression de voir la Fourmi.

Inspiré des histoires de Ton Telehen.

 

U S N U T I

Spavati
gubljenje vremena
ako te neću sanjati.

Spavati
znači samo
kad sanjam te jasno.

Čekanjem
te ne čekam
jer samnom si.

Praktični kažu, čekanje je gubljenje vremena, život prolazi.
Ne shvataju, ono ne postoji onome koji voli.
Ljubav nosi u sebi, pa nema šta da čeka.

“Nije mogao da ode u krevet. Samo da sada ne utone u onaj samozaborav koji se naziva snom. Ako bi mogao da se nada da će je usnuti, onda da. Ali ovako! Budnost u kojoj će neprestano misliti na nju, zamišljati je, u zamenu za stanje sna u kome se najverovatnije uopšte ne može pojaviti. Još ne može.” Iz romana Poslednja Geteova LJubav, Martina Valzera.