Još!

Zoru dugo nije viđala i često se pitala gde li je, da li je zdrava. Vreme je prolazilo, dani su se nizali jednolični, posao, kuća. Obaveza preko glave. Maštala je o putovanju. Razmišljala da zauvek ode iz ove učmale, malograđanske, negativne sredine, gde je ljudima glavna zabava razgovor o drugim ljudima, spletke, podmetanja, smišljanje klopki i uvlačenje u njih, podsmeh…To im je izazivalo bolesno zadovoljstvo. Tad su bili svoji. Što bi se reklo, svoji na svome. Malo je bilo onih s kojima je mogla da proćaska šta čitaju, koju muziku slušaju, gde planiraju ili bar maštaju da otputuju, koji film su gledali, seriju… A tek da joj neko otkrije nešto novo, zanimljivo, to je bio pojam. Prazni ljudi, duše pune zla i ljubomore šetale su gradom. Zora, luckasta beskućnica imala je više zanimljivog i dobrog u sebi od mase “normalnih”.

Na uglu ulice tog popodneva skupila se grupa ljudi. Vrištali su i smejali se gromoglasno. Šta li se dešava, pitala se dok je žurila u piljarnicu po povrće. Približavajući se videla je Zoru kako se ljubi sa nekim čovekom. Viđala ga je i ranije par puta s njom, ali uvek su išli u žurbi. On napred bez ičega u rukama, a ona za njim sa džakom prepunim hleba. Grupa je podvriskivala i navijala. Njih nekoliko je držalo pare u rukama.

– Hajde, ljubi ga, još, još!!

Scena je bila mučna i potresna. Osećanja su joj se mešala, tuga, sažaljenje, bes, zbog ljudskih monstruma. Požurila je ka piljarnici, u tom momentu je spazi Zora. Ona se pravila da je ne vidi. Zora pođe prema džaku i podiže ga na rame. Grupa se uskomeša.

– Još! Još! Hajde! Ljubi ga!!

Kao gluva Zora krenu…Odmicala je brzo. Kao da je bežala. Muškarac je kupio pobacan novac. Pošao je za njom. Grupa se razilazila.

Neka gorčina je bivala sve veća dok je ulazila u piljarnicu.

 

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

Advertisements

Doka

Ostala je zapanjena…

Da li je on zaista imao neke veze sa Zorom, ili je medaljon slučajno pronašla, i odlučila da joj ovaj nekadašnji gospodin bude čuvar.

– Doka. – reče – To je Doka.

Zaustila je da pita ko je on, ali ona munjevito uze medaljon, zatvori ga i stavi oko vrata. Okrenu se i nestade u kolibi.

Jasno joj je bilo da treba da krene. Za danas je dovoljno saznala i videla.

Grebanje suvog granja nije osećala. Pred očima joj je bila retuširana fotografija čoveka sa leptir mašnom. Ona ga je zvala Doka…

Jedna krupna kap pade joj na ruku. Pa još jedna… Pogledala je u nebo. Sunce je sijalo kroz bele vunaste oblake. Po koji sivi se približavao… Oseti svež vazduh.

– Izgleda da će kiša. – nasmejala se – Ne mora da javi.

 

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

DOKA

Je suis restée stupéfaite…

Est-ce qu’il y avait vraiment un lien entre lui et Zora, ou avait-elle par hasard le médaillon et décidé que ce monsieur d’un autre temps serait son gardien.

« Doka. » Dit-elle « C’est Doka. »

J’ouvrais la bouche pour demander qui il était, mais elle prit le médaillon en faisant la moue, le referma et le remit autour du cou. Elle se retourna et disparut dans la cabane.

Il était clair que je devais m’en aller. J’avais appris et en avais vu suffisamment pour aujourd’hui.

Je ne sentais pas les ronces qui m’égratignaient. Je voyais sous mes yeux la photo retouchée d’un homme avec un nœud papillon. Elle l’appelait Doka…

Une grosse goutte de pluie tomba sur ma main. Puis une autre… Je regardais le ciel. Le soleil brillait à travers les nuages cotonneux et blancs. D’autres, gris s’approchaient… On sentait l’air frais.

Il va pleuvoir ! je souriais. Pas besoin de l’annoncer !

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

 

S L I K A

Smišljala je kako da pita. Da ne pomisli da želi da joj ga uzme ne daj Bože…

– Zoro – osmeli se – hoćeš da mi pokažeš sliku u  medaljonu ?

Ona ga mahinalno steže desnom rukom, dok je levu ispružila ka njoj.

Grlo joj se osušilo i nije mogla da proguta pluvačku. Trudila se da nisačim ne pokaže nelagodnost i strah. Tek tada je primetila da su i muškarac i žena zaćutali. Nastade nelagodan muk.

Zora spusti ruku ozbiljna, može se reći i ne puno iznenađena reče :

– Ajd !

Otvori medaljon i skide ga sa vrata. Zagleda se u njega i poče nešto da šapuće kao da se moli. Oči joj zamagliše i zapeva jako, pa sve jače. Kako je pesma bivala glasnija, tako je ona bila sve dalje, kao u transu.

Nije joj bila poznata. Reči je izgovarala nerazumljivo i kreštavo, iako se trudila da shvati smisao, nije uspevala. Kako iznenada poče, tako i prestade.

Priđe i prinese joj medaljon skoro do nosa. Ruke su joj bile strašno prljave i osećale su se na ustajalo smeće. Malo se izmakla da bi mogla bolje da vidi. Jedna strana medaljona je bila prazna, a na drugoj je bila slika. Crno bela fotografija, retuširana, kao što se radilo nekada davno u vreme mladosti naših baka. Mlad muškarac, besprekorno začešljane kose unazad, u odelu, u beloj košulji sa leptir mašnom. Gustih obrva, prodornih očiju, pravilnih crta lica, jednom rečju, izgledao je kao filmski glumac.

Ostala je zapanjena…

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LA PHOTO

Je réfléchissais à la manière de lui poser la question. Qu’elle ne croit pas que je veuille lui prendre, mon Dieu non…

« Zora. » Tentais-je, « tu veux bien me montrer la photo du médaillon ? »

Elle le serra machinalement de la main droite, pendant qu’elle tendit la main gauche vers moi.
J’avais la gorge sèche et n’arrivais pas à avaler ma salive. Je m’efforçais de ne pas montrer ma gène et ma peur. Et à ce moment-là, je remarquais que l’homme et la femme s’étaient tus. Un malaise s’installa

Zora baissa la main, semblant sérieuse et me dit sans trop de surprise

« Viens ! »

Elle retira le médaillon et l’ouvrit. Elle le regarda et commença à murmurer comme si elle priait. Ses yeux s’embrumèrent et elle se mit à chanter, de plus en plus fort. Plus la chanson était forte,plus Zora semblait lointaine, comme en transe.

Je ne connaissais pas cette mélodie. Elle prononçait les mots de manière incompréhensible et criarde. J’essayais de comprendre le sens mais n’y arrivais pas. Le chant finit brusquement comme il avait commencé.
Elle s’approcha de moi et mit le médaillon presque sous mon nez. Ses mains étaient terriblement sales et sentaient la crasse. Je me suis reculée pour mieux voir. Une face du médaillon était vide et sur l’autre, il y avait une photo. Une photo en noir et blanc, retouchée, comme on le faisait du temps de nos grands-mères d’un jeune homme, avec les cheveux coiffés en arrière, en costume, chemise blanche, nœud papillon, sourcil foncé, yeux perçants, traits réguliers du visage, en un mot, il ressemblait à un acteur de cinéma.

Je suis restée stupéfaite…

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

 

Ne mora da javi

Šta je tu je. Ubrzala je korak i prešla inprovizovani mostić od natrulih dasaka postavljenih preko iskopanog kanala, koji je verovatno služio u vreme kišnih dana da kupi vodu, kako koliba ne bi bila poplavljena. Na plastičnim gajbama od piva i kisele vode sedeli su muškarac i žena, i Zora. Ispred njih je gorela vatra. Izgleda da su i oni bili kološari, sudeći po garderobi. Nešto su se žučno raspravljali. Zora ustade, ode iza kolibe i donese praznu gajbu od piva, pokazujući joj da sedne. Posluša bez reči.

Delovala je opušteno. Kao kod kuće, što bi se reklo, samo u majici i pantalonama, bez uobičajenih detalja. Ono zbog čega se i odlučila na ovu avanturu, medaljon, naravno bio joj je oko vrata.

Muškarac i žena su vikali i psovali jedno drugo, kao da mi nismo tu, a Zora je ćutala i ponašala se isto tako, kao da ni oni nisu tu.

Ona je sve posmatrala kao pozorišnu scenu, dok joj je u glavi bilo samo jedno: da otkrije tajnu koju je nosio medaljon.

– Sutra će da padne kiša. – reče Zora

– Nisu najavili. – reče ona i ugrize se za jezik.

– Oće. Ne mora da javi.

Nasmejala se. Ona oseća da će pasti kiša, ne treba joj prognoza.

– Moguće. Bilo bi dobro.

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

PAS BESOIN DE L’ANNONCER

Ça y était. J’accèlerais le pas et traversais le pont improvisé de planches pourries au-dessus d’un canal creusé et qui avait servi de collecteur d’eau par temps de pluie, pour que la cabane ne soit pas inondée. Un homme, une femme et Zora étaient assis sur des caisses de bière et d’eau minérale. En face d’eux, un feu de camp brûlait. Par leurs tenues, ils avaient l’air d’être également des sans-abris. Ils se disputaient avec force. Zora se leva, sortit de la cabane.

Elle était détendue. Comme à la maison, dirait-on, en T-Shirt et pantalon sans ses détails particuliers. L’objet pour lequel je m’étais jetée dans l’aventure, le médaillon, était naturellement autour de son cou.

L’homme et la femme criaient et s’insultaient, comme si nous n’étions pas là. Zora se taisait et se comportait comme s’ils n’existaient pas. J’observais la scène d’une pièce de théatre, alors que tout mon esprit tendait vers un seul but : découvrir le secret que cachait le médaillon.

« Demain il va pleuvoir. » dit Zora

« Ils ne l’ont pas annoncé. » dis-je et je me mordis la langue !

« Il pleuvra, ils n’ont pas besoin de l’annoncer. »

Elle rit. Elle sentait qu’il allait pleuvoir, elle n’avait pas besoin de prévision.

« Peut-être. Ce serait bien. »

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

 

 

Ajd !

Pri svakom koraku osećala je kako joj prašina od suve zemlje ulazi u sandale. Trave skoro da i nije bilo. Sva spržena od duge suše dobila je žuto-smeđu boju. Pokušavala je da pronađe stazu, ali bezuspešno… Sagla se i izvadila trn iz stopala. Poče da se koleba. Da li da se vrati ? Možda da pokuša sutra. Sva se izgrebala, a nije sigurna koliko će još morati da traži. Ma nastaviće sada, pitanje je da li će sutra imati vremena…

Kako Zora ide bosa nekada i zimi kada je mraz, pa ništa. Malo ogrebotina zarad toga da otkrije tajnu…

Nije mogla da shvati zašto ju je obuzela tolika radoznalost da sazna sve o Zori ?

Trudila se da ignoriše trnje, koje je bilo sve gušće kako se približavala kolibi od kartona i granja. Tanak stub dima se dizao ka nebu.

– Tu je. – pomisli i zastade.- Da li je sama ? Šta li će reći kada je vidi ?

Opet poče da se koleba… Da li da se vrati ?.. Dok se borila sa sobom, ispred nje se stvori Zora. Ovoga puta ju je prepala. Uopšte je nije čula, niti je videla odakle se pojavila. Bosa, otvrdlih stopala pokrivenih debelim slojem prašine, ozbiljna, bez trunke čuđenja, stajala je i čekala da ona nešto kaže… Ništa joj nije padalo na pamet. U tom momentu začu se vika iz pravca kolibe. Ona se hitro okrenu i požuri nazad.

– Znači nije sama. – pomisli – Šta li se zbiva ? Bolje da se vrati dok još nije kasno…

I taman kada je htela da se okrene i kukavički pobegne, ona je pozva :

– Ajd !

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

VIENS !

Je sentais à chaque pas la poussière entrer dans mes sandales. Il n’y avait quasiment pas d’herbe. Elle avait une couleur jaune-miel à cause de la longue sècheresse. J’essayais de trouver le chemin mais sans succès. Je me suis baissée pour retirer une épine du pied. Je me demandais si je ne devais pas repartir ? Réessayer demain. J’étais toute griffée, et je ne savais pas où chercher. De toute façon, j’allais continuer maintenant, aurais-je le temps demain, là était la question…

Si Zora marchait pieds nus, même en hiver, alors quelques griffures pour découvrir un secret…

Je ne comprenais pas pourquoi j’étais si désireuse de tout savoir sur Zora ?

J’essayais d’ignorer les ronces, qui devenaient plus denses alors que je m’approchais de la cabane de cartons et de branchages.

Elle est là me dis-je et je stoppais. Etait-elle seule ? Qu’est ce qu’elle dira quand elle me verra ?

J’hésitais à nouveau… fallait-il repartir ? pendant que je pesais le pour et le contre, Zora surgit. Cette fois-ci elle me fit sursauter. Je ne l’avais pas entendue, ni vue sortir. Les pieds nus recouverts de poussière. Sérieuse, sans une once d’étonnement, elle se tenait là et attendait que je dise quelque chose… et rien me vint à l’esprit. A ce moment là, j’entendis un cri dans la cabane. Elle se retourna brusquement et se dépêcha d’y retourner.

Ainsi, elle n’était pas seule, que se passait-il ? Il vallait mieux repartir pendant qu’il en était encore temps…

Alors que je décidais de m’enfuir lâchement, elle m’interpella :

« Viens ! »

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

T A J N A

Vrata od autobusa su se zatvorila.

Bezuspešno je po tašni tražila novčanik gledajući kroz staklo Zoru koja je nepomično stajala.

– Nije ga stavila tek onako – pomisli, dok je pokušavala da pronađe mesto da sedne.

Slika kako stoji i rukom steže medaljon po malo zamišljena, ostala joj je dugo sveža. Taman kada je pomislila da je ne razume i da je uzalud to što pokušava da sazna, ona kao da se velikim naporom psihe pribrala i odlučila da joj kaže…Znači medaljon je bio mnogo više od običnih drangulija kojima se ponekad kinđurila. Medaljon je Zori značio toliko, da je zbog njega bila spremna da se svađa, brani, bori. Ta neobična, luckasta žena imala je svoje tajne. Da li ih je neko znao? Da li je bila sposobna da ih nekome kaže?..Obuzela ju je snažna želja da ih otkrije. Želela je da sagleda taj život i sazna trenutak kada je postala beskućnica. Počela je da razmišlja kako bi moglo da joj se pomogne…Da li bi ona uopšte i prihvatila pomoć? Da li bi mogla da promeni navike ili je taj način na koji živi, nešto što ona jedino zna i može? Pitanje za pitanjem..

Ono što je sa sigurnošću znala i u šta se uverila mnogo puta je, da je Zora pored svoje lucidnosti, jedna plemenita ljudska duša koja nekada svojim postupcima ostavi bez teksta.

 

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LE SECRET

Les portes du bus se refermèrent.

Je cherchais sans succès mon porte-monnaie dans mon sac, tout en regardant à travers la vitre Zora qui ne bougeait pas.

Elle ne l’a pas accroché ainsi sans raison, pensais-je, pendant que je cherchais une place où m’asseoir.

La position de la photo, la manière dont elle tenait le médaillon, un peu songeuse, m’était restée longtemps ancrée dans mon esprit. Au moment où je songeais ne pas la comprendre et que j’essayais vainement de connaître son secret, avec grand effort elle rassembla ses esprits et se décida à me raconter…
Ainsi, le médaillon était plus qu’un bijou de pacotille. Il avait une signification telle qu’elle était prête à se quereller, à se défendre, à se battre pour lui. Cette femme singulière, rusée avait ses secrets. Est-ce que quelqu’un les connaissait. Etait-elle capable de les confier à cccà autrui ? J’avais une envie folle de les connaître. Je voulais avoir un aperçu de cett vie et ce qui l’a amené à être une sans-abri. Comment pouvait-on l’aider, pensais-je. D’ailleurs, Accepterait-elle de l’aide ? Pourrait-elle changer ses habitudes et cette façon de vivre. Elle seule pouvait le savoir c? Les questions s’enchainaient…

Ce dont j’étais sûre et que j’avais vérifié plusieurs fois, c’était que Zora être lucide, était une âme noble qui par ses actes pouvait nous laisser bouche bée.

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

 

On je tu

– Mora je pitati za medaljon – pomisli – mora..

Bila je ubeđena da su unutra slike. Čije? Iz kog vremena? Koliko je Zori medaljon bio važan, ili ga je stavila tek onako, da bude lepa?

Udubljena u misli na trenutak je izgubi iz vida. Ma zaista se jutros još nije probudila! Gde nestade Zora?!

– Zoro! – pozvala ju je.

– A?! – začu se iz dubine.

Zora je odgovarala iz kontejnera. Ušla je skroz u njega i punila džak.

Nesvesno se okrenula da pogleda ima li nekoga u blizini. Nije obraćala pažnju šta će ko da kaže, ali i njoj samoj je bilo čudno da priča sa ženom iz kontejnera. Sa strane gledano delovalo je kao da priča sama sa sobom. Od to dvoje, ne zna šta je gore, i eto novog materijala komšinicama uz jutarnju kafu.

– Isprljaćeš se! – reče, tek da nastavi dijalog, spremna da pita za medaljon.

– Jok! – odzvanjalo je iz kontejnera.

– Spašće ti medaljon!

Prestade šuškanje i čangrljanje i Zorina glava izroni iz kontejnera. Pogledala ju je pravo u oči, ljutito, spremna da se brani i svađa, ali samo na tren..Odjednom kao da se setila, reče:

– Nema leba..malo ima..

Zatečena zausti da nešto kaže, ali iza krivine se približavao žuti autobus.

Shvata i suviše dobro u trenucima kada je svoja, kad je ona od nekad, ona koja želi da bude lepa, da bude kao druge. Koja je sad? Nije mogla sa sigurnošću da zna..sad kao da su bile obe isprepletene, pomešane.

– Dobro je – pomisli – možda i ne razume.

Autobus je stigao.

Zora se vešto izmigolji između crnih kesa i iskoči na trotoar. Gledala ju je netremice, ozbiljna, i kao da je u tim sekundama odlučivala. Jednom rukom je držala malo napunjen džak, a drugom je stezala medaljon..

– On je tu…- reče.

Vrata od autobusa su se zatvorila.

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

IL EST LA

« Je dois la questionner au sujet du médaillon » pensai-je, «  je le dois. »

J’étais persuadée qu’il y avait des photos dedans. Lesquels ? De quelle époque ? Quelle importance avait ce médaillon pour Zora, ou le portait-elle pour être jolie ?

Plongée dans mes pensées, je l’avais perdue de vue. Vraiment, ce matin je n’étais pas réveillée mais où Zora était-elle passée ?

« Zora ! » L’appelai-je.
« Hein ? » on entendit une voie sortir d’outre-tombe.

Zora répondait depuis la poubelle container. Elle y était rentrée et remplissait son sac.

Je me retournai par réflexe pour voir s’il y avait du monde alentours. Je ne faisais pas attention au quand dira-t-on, mais j’étais moi-même surprise de parler avec une femme qui se trouvait dans une poubelle. A y regarder, on avait l’impression que je parlais toute seule. De nous deux, qui était la pire, et voilà un nouveau sujet de cancan pour les voisines qui siroteront leur café matinal.

« Mais tu vas te salir ! » dis-je pour continuer la conversation, prête à l’interroger sur le médaillon.

« Nan ! » répondit-elle du container.

« Ton médaillon va tomber ! »

Le brassage et le grognement cessèrent et la tête de Zora émergea. En un éclair, elle me regarda droit dans les yeux, en colère, prête à se justifier et à se quereller… Soudain, comme si elle se souvenait, elle me dit :

« Y’a pas de pain, y’en a si peu..»

Je m’apprêtai à dire quelque chose, mais le bus jaune se profilait dans le virage.

Je comprenais parfaitement quand elle était elle-même, quand elle était différente, quand elle voulait être jolie, quand elle voulait être comme les autres. Qui était-elle maintenant ? Je ne savais pas exactement… Ces personnalités étaient entremêlées et mélangées.

« Tout va bien ! » pensai-je, elle ne comprend peut-être pas.

Le bus était arrivé.

Zora s’extirpa aisément des sacs poubelles noirs et sauta sur le trottoir. Elle me regardait sans sourciller, sérieuse, comme si elle se décidait en quelques secondes. D’une main elle tenait le sac de jute à peine rempli, de l’autre elle serrait le médaillon.

« Il est là. » Me dit-elle.

Les portes du bus se refermèrent.

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

 

 

Š N A L A

Jutra su postala sveža. Sa setom se sećala toplih, letnjih, začinjenih mirisom kafe. Više nije stizala da je popije, pa je polubunovna žurila na posao. Dok je tako nerasanjena pokušavala da odluči da li da nastavi peške ili da čeka gradski autobus, naišla je Zora. Čim ju je ugledala, znala je: čekaće…

Zora je delovala odmorno. U žutom kaputiću, mada, sada već da joj nije poznat, ne zna da li bi mu tačno odredila boju. Ovoga puta ga je stegla u struku širokim kaišem sa šnalom u obliku zmije. Ona je bila toliko upadljiva da je odvlačila pažnju sa svega ostalog na njoj. Pantalone možda bordo boje, koje kao da nikada, od kako su obučene nisu oprane, uvukla je u cipele na pertlanje, ali bez pertli, bar dva do tri broja veće. U rukama je držala prazne džakove, spremna za predstojeći radni dan. Kosa joj je, vidi se dugo ne ofarbana, bila sa bojom do pola, ali zato podšišana veoma neravnomerno, kao da je to uradila sama i bez ogledala. Sve u svemu, ostavljala je utisak da ju je tog trenutka pozorišni kostimograf obukao za neku scenu u  kojoj bi bilo dovoljno da samom pojavom privuče pažnju.

Pored šnale u obliku zmije, primetila je da nosi medaljon. Izbacila ga je preko kaputića, ali ga je jedan sad već odšiven rever prikrivao.

Pre joj se Zora obraćala prva, ali kao za inat, sad nije htela..Uopšte, delovala je kao da je nije ni primetila. Krenula je ka kontejneru.

– Mora je pitati za medaljon – pomisli – mora…

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LA BOUCLE

La fraicheur matinale s’était installée. Je me souvenais de ces matinées chaudes et estivales, épicées de l’odeur du café.

Je n’arrivais pas à terminer le mien, et je filais à moitié réveillée au travail. Encore ensommeillée, j’hésitais entre continuer à pieds ou prendre le bus. Zora arriva. Dès que je l’ai vu, j’ai su : j’attendrai le bus…

Zora semblait reposée dans son manteau jaune, dont je n’arrivais plus à reconnaitre la couleur. Cette fois-ci, il était serré à la taille par une large ceinture avec une boucle en forme de serpent. Cette boucle était tellement voyante qu’elle attirait à elle seule les regards. Elle avait enfoncé son pantalon bordeau qui semblait n’avoir jamais été lavé, dans ses chaussures sans lacets et trop grandes d’au moins 2 ou 3 pointures. Elle tenait dans sa main des sacs de jute vides, prête pour une journée de travail. Ses cheveux qui n’avaient pas été teintés depuis longtemps, étaient mal taillés comme si elle les avait coupés seule et sans miroir. Elle donnait l’impression à ce moment là d’avoir été grimée pour une scène dans laquelle il suffisait qu’elle apparaîsse pour attirer l’attention.

En dehors de la boucle en forme de serpent, j’avais remarqué qu’elle avait un médaillon, Elle l’avait mis par-dessus son manteau, mais le revers déjà décousu le dissimulait.

Avant Zora m’adressait la parole la première, mais là comme un fait exprès, elle ne voulait plus. Elle se comportait comme si elle ne me remarquait plus. Elle se dirigea vers les poubelles.

« Je dois la questionner au sujet du médaillon » pensai-je, «  je le dois. »

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

Život je skup

-Daj dvaje’s dinara!

-Nemamo! Život je skup! – reče oholo devojka i zalupi vrata skupocenog automobila. Zapljusnu teškim mirisom parfema koji je ostavljala daleko za sobom.

-Baš je neprikladan za vrućinu od četrdest stepeni. – pomislila je, dok je mladić koji je bio sa njom, skoro ne zakači ramenom u prolazu. Zgranuto ih je ispratila pogledom.

Zora ovoga puta, bez uobičajenog tereta, samo sa malim džakom do pola napunjenim, se smešila. Stajala je i gledala u automobil, čija se metalik siva boja presijavala. Delovao je moćno, nema šta..

-Sramota – prošaputala je i nastavila žurno, kada je Zora iznenada počela da peva neku staru poznatu pesmu.

Scena je bila neprijatna, a ona kao da je pesmom htela da je što pre izbriše. To je bio njen način. Da briše i zaboravlja.

-Hajde kupi kiselu vodu. Osveži se.

Zora je sve glasnije pevala. Jedna starija gospođa sa psom, prolazeći joj dade nešto umotano u foliju. Uzela je i odmah počela da razmotava.

Ovoga puta joj bijade baš krivo, što od nje neće više ništa da uzme.

-Život je skup! – zakrešta Zora – Skup! Skup!

Kreveljila se i kreštala. Počela je i da pocupkuje, sve brže i jače, i da neprekidno ponavlja istu rečenicu.

Prolaznici su se okretali, neki zaustavljali.

Požurila je da se udalji od te tragikomične scene.

-Da..skup..- prošaputa

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LA VIE EST CHERE

« Donne-moi 20 dinars. »

« J’ai rien, la vie est chère ! » répondit méchament une fille qui claqua la portière de sa coûteuse voiture. Elle laissa derrière elle une lourde odeur de parfum capiteux.

« Et bien, il est inapproprié par cette chaleur de 40°. » pensai-je, alors que le jeune homme qui l’accompagnait faillit me bousculer en passant. Froissée, je les suivis du regard.

Zora, cette fois-ci, sans son bagage pesant, avec seulement un petit sac à moitié plein, ricanait. Elle était là et regardait la voiture, dont le métal gris scintillait. Il avait l’air puissant, y’a pas à dire !

« C’est honteux. » murmurai-je et poursuivis mon chemin pressée.

Soudain, Zora se mit à chanter une vieille chanson.

La scème était déplaisante, elle essayait de gommer avec cette chanson ce qui s’était passé. C’était sa manière d’effacer et d’oublier.

« Va t’achetez de l’eau minérale et rafraichis-toi. » s’adressant à moi.

Zora chantait de plus en plus fort. Une vieille dame avec son chien s’approcha d’elle et lui donna quelque chose emballé dans de l’aluminium. Elle le prit et commença à le déballer.

Je m’en voulais cette fois-ci, qu’elle refusa d’accepter quoique ce soit de moi.

« La vie est chère ! » croassait Zora, « chère, chère ! »

Elle se balançait et croassait. Elle commença aussi à faire la gigue, plus vite et plus fort en répétant inlassablement la même rengaine.

Les passants se retournaient, certains s’arrêtaient.

Je me dépéchai pour m’éloigner de cette scène tragi-comique.

« Oui… Chère. » murmurai-je.

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

M E D A LJ O N

Ulica je bila zatvorena.

Krenula je peške to jutro u žurbi i razmišljala da li je nešto zaboravila, šta prvo treba da uradi i da li će stići na vreme…

Miris svežeg asfalta još je bio jak.

-Ej!

Poznat glas…Okrenula se.

Nikada je nije videla toliko natovarenu. Nosila je dva ogromna, prepuna džaka. Savila se pod teretom.

-Molim? Mene zoveš? – upita je ona.

Zora joj priđe, spusti teške džakove sa ramena i vidno umorna i iscrpljena promrmlja:

– I tebi nema ko da nosi.

Pogledala ju je iznenađeno i u prvi mah joj ne bi jasno šta ona to govori.

– Nema Zoro. – nasmejala se.

Krenu da je obiđe, ali zapazi da oko vrata nosi medaljon. Ovalnog oblika, sa izlizanom gravurom, prekriven patinom.

Da li je bio od srebra? Odakle joj? Da li je njen ili ga je pronašla? Pitanje za pitanjem se ređalo, a radoznalost rasla. Pade u iskušenje da sazna.

Taman kada je htela da zausti, Zora uze svoje džakove i poče da ih namešta na ramena. Dok se saginjala medaljon joj se zaljuljao oko vrata. Starinski, na otvaranje..Nekada je neko u njemu nosio nečije fotografije. Da li su još uvek tu?

Mimoilazeći se, slika medaljona sa izlizanom gravurom bila joj je pred očima.

Novac joj više nije tražila.

Asfalt se isparavao.

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LE MEDAILLON

La rue était fermée.
Je suis partie à pieds ce matin-là, pressée, en pensant si je n’avais pas oublié quelque chose, qu’est-ce qu’il fallait que je fasse en premier, allais-je arriver à temps…

L’odeur de l’asphalte fraichement étalé était puissante.

« Hep ! »

Cette voix… Je me suis retournée.

Je ne l’avais jamais vu aussi chargée. Elle portait deux gros sacs de jutes pleins. Elle croulait sous leurs poids.

« Pardon, c’est moi que tu appelles ? » lui demandai-je

Zora s’approcha de moi, glissa ses sacs lourds de son dos et marmonna visiblement fatiguée et épuisée :

« Toi aussi personne ne peut te porter. »

Je l’ai regardé surprise, sur le moment je ne comprenais pas de quoi elle parlait.

« Non, Zora, il n’y a personne. » dis-je en riant

J’allais la contourner quand mon regard fut attiré par un médaillon autour de son cou.
Il était ovale, avec une gravure effacée, patinée.

Etait-il en argent ? D’où venait-il ? Etait-ce le sien ou l’avait-elle trouvé ? Les questions se bousculaient et ma curiosité grandissait.

Au moment où j’allais ouvrir la bouche pour lui demander Zora prit ses sacs et les remit sur son épaule. Pendant qu’elle se penchait, le médaillon se balançait à son cou. Un médaillon ancien ouvrant. Autrefois, quelqu’un l’avait porté avec des photos personnelles. Est-ce qu’elles étaient toujours là ?

En nous croisant, la photo du médaillon à la gravure effacée était sous mes yeux.

Elle ne me quémandait plus d’argent.

Les vapeurs de l’asphalte chaud se volatilisaient.

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…