Žuti kaputić

-Ispalo ti nešto!

Okrenula se da vidi odakle dolazi to upozorenje i kome je upućeno. Na par koraka stajala je Zora u žutom kaputiću. Nikoga nije bilo u blizini. Pogledala je na trotoar. Desetak metara dalje, ležala je mala sportska torba. Kako joj je ispala ni sama nije znala, nije osetila..

-Hvala ti Zoro, od kuda ti? Dobro je da si primetila.

Dok se vraćala da je uzme, Zora je stajala ćuteći i netremice je posmatrala. Vrućina je bila skoro nepodnošljiva. Znojila se pri najmanjem naporu, a Zora je stajala mirno obučena u žuti kaputić. Na bosim nogama je imala stare iskidane papuče, nevešto ušivene žicom. Pogled joj se opet vratio na kaputić. Nekada je to bio moderan komad garderobe. Još uvek mu je boja bila lepa, iako prekriven flekama i prašinom, nekako joj je pristajao.

-Zoro, evo ti sto dinara.

Kao da je nije čula, a istovremeno kao da ju je nešto pokrenulo iz dubokih misli, ona poče da vuče svoja kolica.

-Uzmi Zoro.

-Sutra ću da uzmem. – reče ona, udaljavajući se sve brže.

Ostala je da stoji zatečena sa novčanicom u ruci.

Sunce je jako peklo. Gledala je za Zorom kroz jaru koja je izbijala iz asfalta.

Naiđoše neki prolaznici.

-Daj deset dinara. Daj dvaje’s.

Jedan zastade da joj da.

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LE PETIT MANTEAU JAUNE

« T’as fait tomber quelque chose !»

Je me suis retournée pour voir qui était interpelé et à qui cela s’adressait. Quelques pas au loin se tenait Zora dans un petit manteau jaune. Il n’y avait personne à proximité. Je regardais sur le trottoir. A une dizaine de mètres derrière moi, il y avait un petit sac de sport. Comment était-il tombé, je ne l’ai même pas senti…

« Merci Zora, mais d’où est ce que tu sors ! Heureusement que tu t’en es aperçue. »

Pendant que je revenais sur mes pas pour le récupérer, Zora se tenait là, silencieuse et m’observait sans sourciller.  La chaleur était quasiment insupportable. Je transpirais au moindre mouvement et Zora se tenait là, habillée d’un peti manteau jaune. Elle avait aux pieds de vieilles sandales déchirées, rafistolées avec du fil de fer. Mon regard se porta à nouveau sur son petit manteau jaune. Autrefois, c’était un modèle à la mode dans une garde-robe. Sa teinte était toujours belle, même recouvert de tâches et de poussière. D’une certaine manière, il lui allait bien.

« Zora, tiens cent dinars. »

Comme s’il elle n’avait pas entendu, comme si elle était plongée dans une profonde réflexion, elle commença à pousser son caddie.

« Prends Zora. »
« J’prendrai demain. » , dit-elle s’éloignant de plus en plus vite.

Je suis restée plantée là avec le billet dans la main.
Le soleil brulait.Je regardais Zora à travers la chaleur qui s’évaporait de l’asphalte.
Des passants arrivèrent.

« Donne 10 dinars, donne 20. »

L’un d’eux s’arrêta et lui donna.

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

Advertisements

Dvaje’s dinara

Dok je čekala gradski prevoz i prebirala po novčaniku tražeći sitan novac, iza sebe je čula poznat glas:

“Daj dvaje’s dinara.”

Okrenula se i ugledala Zoru kako nosi na leđima ogroman džak, pun starog hleba pokupljenog verovatno usput u nekom od kontejnera.

“Evo Zoro, kako si?”

Dok joj je davala novac, uočila je zanimljivu novinu. Zora je bila ofarbana u boju šargarepe! Odjednom ju je obuzela radoznalost…Ko li ju je ofarbao? Da li je možda ona sama? Ako jeste, kako je to izvela? Nije mogla da je zamisli kako ulazi u parfimeriju ili market i kupuje farbu za kosu…Jednostavno to joj je bilo neverovatno…Još bira nijansu, ili uzima prvu s reda. Čudno i smešno. Sa njom ne spojivo. Zaista, zanemarujući nijansu, koju nije želela da komentariše, kosa joj je bila ujednačeno ofarbana, mada katastrofalno neuredna. Uopšte, ostavljala je utisak iznenađenja! Da li je to bio opet onaj od trenutaka kada je želela da bude lepa? Da bude kao druge?

“Hoćeš da živiš samnom?”

Za trenutak je preseče u razmišljanju njeno direktno pitanje. Pažljivije ju je pogledala. Oči su joj bile staklaste, tužne. Delovala je usamljeno…Nikada to ne bi pomislila. Uvek je bila u poslu, zamišljena, u svom svetu, sve, samo nije delovala usamljeno. U trenutku joj bijade žao.

“Ne, ne mogu Zoro.”

“Dobro.” Odgovorila je brzo i odjednom nestade onog izraza usamljenosti i iskrenosti. Promeni joj se pogled i ona poče da namešta džak bolje i udobnije na ramenu, poče da se okreće, da gleda oko sebe i nastavi ka nekom, samo njoj znanom cilju.

Autobusa još nije bilo…Razmišljala je o Zorinoj šargarepa boji kose i čudnom pitanju koje joj je uputila…Nasmejala se. Dok je odvajala novac za kartu, jednu novčanicu od dvadeset je stavila na stranu, za svaki slučaj, sutra, ako je bude srela..

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

20 D I N A R S

Pendant que j’attendais le bus et farfouillais dans mon porte-monnaie cherchant l’appoint, je reconnus une voie familière.

« Donne 20 dinars. »

Je me retournai et aperçus Zora qui portait un énorme sac de jute sur son dos, rempli de pain rassis sûrement ramassé en chemin dans les poubelles.

« Zora, Tiens. Comment vas-tu ? »

En lui donnant l’argent, je vis une nouveauté. Zora avait une coloration couleur carotte ! D’un seul coup ma curiosité fut attisée ! Qui lui avait fait sa couleur ? Elle seule ? Et si oui, comment avait-elle fait ? Je n’arrivais pas à l’imaginer entrant dans une parfumerie ou un supermarché pour acheter une coloration pour cheveux. C’était tout simplement incroyable… et même choisir une nuance ou prendre la première présente sur le rayon. Etrange et amusant à la fois. Ça ne collait pas avec elle. C’est vrai, sans vouloir débattre sur le sujet, ses cheveux étaient uniformément colorés mais horriblement décoiffés. Elle laissait une impression étonnante. Était-ce un de ces moments où elle désirait être jolie ? Pour être comme les autres ?

« Tu veux vivre avec moi ? »

Sa question directe interrompit mes pensées. Je la regardais attentivement. Ses yeux étaient vitreux, tristes. Elle semblait si seule… Jamais je n’y avais pensé. Elle, qui était toujours affairée, dans son monde et tout, mais jamais à ce point seule. Sur le moment, j’étais triste pour elle.

« Non, je ne peux pas Zora. »

« Bien » me répondit-elle brièvement et soudain ses traits francs et marqués par la solitude disparurent de son visage. Son regard changea pendant qu’elle chargeait son sac de jute sur ses épaules de manière plus confortable, elle se retourna, regarda autour d’elle, et poursuivit son chemin vers un but connu d’elle seule.

Le bus n’était pas encore là… Je réfléchissais aux cheveux carotte de Zora et à son étrange question… je souriais. Pendant que je mettais de côté la monnaie pour mon ticket, je mis un billet de 20 dinars à part, au cas où je la croiserais demain…

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

J A B U K A

Tog jutra je ustala rano. Trebalo je dosta toga nabaviti, pa je zamolila decu da joj pomognu. Dok su se vraćali sa pijace, ruku prepunih povrća i voća, opet je naišla ona. Vukla je kolica pretovarena nekim samo njoj znanim stvarima. Dečak je išao ulicom i  pevušio.

-Pazi na kola.- reče ona iznenada.

-Ona pazi na tebe.- došapnula mu je sestra.

-Zoro, hoćeš jabuku, hajde uzmi.- ponudi je dečak.

-Neka, neću..ostavi da imaš ti. – reče.

Ponovo ju je iznenadila. Ona koja prosi, traži od drugih, od njega ne želi da uzme.

-Ma uzmi, imam ja dovoljno. Uzmi…

Uzela je nekako stidljivo. Uopšte, ponovo nije ličila na sebe.

-Kad kupim kiselu vodu, daću i ja tebi.- reče.

Zora je ponovo bila puna iznenađenja. Pokazala je brigu, skromnost, stid, simpatije, velikodušnost..Toliko toga odjednom od nje, koja je bila prezrena od ljudi, i nije tretirana kao ljudsko biće…

Nije mogla da se seti kada je poslednji put toliko toga videla kod nekog od ljudi sa kojima se susreće svakodnevno…

 

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LA POMME

Je m’étais levée tôt ce matin-là. Je devais faire d’importantes courses et j’avais demandé à mes enfants de m’aider. Ils revenaient du marché les bras remplis de fruits et légumes, lorsqu’ils la croisèrent à nouveau. Elle poussait son caddie débordant de choses et d’autres, connus d’elle seule. Mon fils, marchait dans la rue, chantonnant.

  • Fait attention aux voitures, lui dit-elle brusquement.

  • Elle veille sur toi, lui chuchota sa sœur.

  • Zora, tu veux une pomme, allez prends en une, lui offrit mon fils.

  • Laisse, j’en veux pas, garde-la pour toi, dit-elle.

Elle l’avait encore une fois étonné. Elle qui mendiait, qui quémandait d’autrui, ne désirait rien de lui.

  • Allez, prends en une, j’en ai plein. Prends…

Elle prit la pomme, presque timidement. Elle n’était plus elle-même.

  • Quand j’achèterai de l’eau minérale gazeuse, je t’en donnerai aussi, dit-elle.

Zora était à nouveau pleine de surprises. Elle faisait preuve de sollicitude, de modestie, de timidité, de sympathie, de générosité. Tant de qualités se révélaient en elle, elle qui était méprisée des gens et qui n’était pas traitée comme un être humain…

Je n’arrivais pas à me souvenir de la dernière fois où j’avais rencontré une personne avec tant de qualités parmi les gens que je croisais quotidiennement.

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

M I N Đ U Š E

„Daj pet dinara. Daj deset dinara.“

I davala joj je, koliko je tražila. Poneko joj je ostavljao, većina nije. Gledali su je sa gađenjem i prezirom. Izgledalo je da ona to ne primećuje, ne razume ili nije svesna… Poremećena u svom pomerenom svetu. Otupela, bez stida, srama, emocija. Čule su se i uvrede, a ne retko i psovke. Uzvraćala je više mehanički. Kao da se zahvaljuje ili je ćutala. Izgubljena duša. Da li je nju neko nekada voleo? Da li je ona nekada nekoga volela? Da li je zamrla kao ljudsko biće? Da li u njoj još postoji emocija ili samo živi radi življenja, i da, kada ogladni, isprosi nešto novca ili potraži nešto u obližnjem kontejneru?

Tog nedeljnog jutra, dok je sa decom išla na Liturgiju, ona je sedela na svom uobičajenom mestu na trotoaru i prosila. Iznenađeni i začuđeni, bez reči su se pogledali.

Zora je sedela smireno, okupana, očešljana u beloj bluzi dugih rukava, vidi se staroj i iznošenoj, ali čistoj, bez i jedne mrlje. Pogled joj je bio bistar i nekako drugačiji. Na ušima je imala viseće minđuše sa upadljivim crvenim kamenčićima i blago se smešila.

„Jao Zoro što si lepa!“ Spontano joj reče dečak. Oči su joj zasijale, osmeh je postao dublji. Videlo se da je ponosna na sebe i srećna. Pogledala je dečaka i rekla: „ I ti si lep.“

Od tada je više nikada nije videla tako obučenu i čistu, iako je često, skoro svakodnevno sreće.

Zora i dalje zaneta u misli prolazi pored ljudi, gura svoja prepunjena kolica ili nosi ogromnu vreću na leđima. Istražuje kontejner, prosi, žuri, ponekad priča sama sa sobom, ali od tada uvek, ama baš uvek, kada sretne dečaka, odjednom, kao da je druga, trgne se i kao iz sna, vrati u javu i kaže: „Ej, zdravo!“ „Zdravo Zoro, kako si?“ „Doro, dobro.“

Tada njene oči sijaju i nekako je drugačija, kao da je svesna. Nikada neće zaboraviti dečaka, kao što ni oni nikada neće njene viseće minđuše sa crvenim kamenčićima i belu, čistu bluzu, bez i jedne mrlje.

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

LES BOUCLES D’OREILLES

« Donne-moi 5 dinars, donne 10 dinars. »

Je lui donnais ce qu’elle quémandait. Les gens lui donnaient, la plupart non. Ils la regardaient avec dégout et mépris. Il semblait qu’elle ne s’en rendait pas compte, ne comprenait pas ou n’en était pas consciente… Dérangée dans son monde étrange. Bornée, sans-gène, sans honte, sans émotion. On entendait les vexations et aussi les insultes. Elle répondait machinalement plus qu’autre chose. Comme si elle disait merci ou simplement se taisait. Ame perdue.
Est-ce qu’un jour quelqu’un l’avait aimé ? Est-ce qu’elle avait aimé ? Est-ce qu’elle était morte comme être humain ? est-ce qu’il y avait, encore des émotions en elle, ou vivait-elle juste pour vivre, mendiant un peu d’argent lorsqu’elle était affamée ou cherchant de quoi manger dans une poubelle à proximité ?

J’allais avec mes enfants à la messe ce dimanche-là, elle était assise à sa place habituelle sur le trottoire et mendiait. Surpris et étonnés, ils se sont regardés sans un mot.

Zora était assise, calme, débarbouillée, peignée, dans une chemise blanche, vieille et usée, mais propre sans aucune salissure. Son regard était clair presque différent. Elle portait des boucles d’oreilles pendantes avec des pierrailles rouges et voyantes et elle souriait.

« Zora que tu es belle », dit spontanément mon fils. Ses yeux pétillaient, son sourire s’agrandissait. On voyait qu’elle était fière d’elle et heureuse. Elle regarda mon fils et lui dit : « tu es beau aussi. »

Depuis ce jour, je ne l’ai plus jamais revue aussi bien habillée et propre, même si je la rencontrais tous les jours.
Zora, plongée dans ses pensées passait devant les gens, poussant son caddie débordant de fatras ou portant sur son dos un énorme sac de jute.
Elle fouillait les poubelles, mendiait, se dépêchait, quelquefois elle se parlait à elle-même. Mais depuis ce jour, tout le temps, chaque fois, lorsqu’elle croisait mon fils, elle était soudain différente, elle se ressaisissait et comme dans un rêve revenait à la réalité et disait :
« Eh, Salut ! »
« Salut Zora, comment vas-tu ? »
«  Bien, bien. »

Dans ces moments-là, ses yeux brillaient différemment, comme si elle était lucide.

Elle n’oublierait jamais mon fils, et mes enfants n’oublieraient jamais ses pendants en pierrailles rouges, sa chemise blanche, sans aucune salissure.

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…

Sretala ju je često

Sretala ju je često, ponekad i svakodnevno. Činilo se da se nikada nije okupala, možda i jeste, kada je bila mala…Kako li je tada izgledala? Da li je imala roditelje, braću, sestre? Od kada je beskućnica i zašto je to postala? Uvek bi neko od ovih pitanja proletelo kroz njene misli. Bilo joj je na neki način žao nje..Gde spava? Kako izdrži zimu bez čarapa, a ponekad i bosa..? Delovala je zdravo.

Mnogo puta je zaticala kako slatko žvaće polubuđavi hleb tek izvađen iz kontejnera, zaneta istraživanjem njegovog sadržaja. Tada nije primećivala nikoga i ništa oko sebe.

Drugi put opet, nosila je na leđima ogroman džak prepunjen svim i svačim, naravno opet sadržajem kontejnera, njenog rudnika zlata. Nekada joj je lice bilo tako crno, kosa, ruke, nokti, kao da se provlačila kroz odžak. Dešavalo se da žuri negde nekim važnim poslom, naravno sa prepunim džakom.

Gurala je i mala kolica, opet do vrha naslagana samo njoj znanim sitnicama. Njoj je trebalo ono što su drugi bacali..

Jednom ju je srela ošišanu skroz do glave. Pomislila je, da je to sigurno zbog vaški. Tada je primetila na njoj i neke kraste po licu i rukama i baš je izgledala gore nego obično.

Nedeljom ujutru kada je išla na Liturgiju, sretala ju je kako sedi na trotoaru i prosi. Imala je običaj da kaže: „Daj pet dinara. Daj deset dinara.“

 

Inspirisano stvarnim ličnostima i događajima, nastaviće se…

 

JE LA CROISAIT SOUVENT

Je la croisais souvent, voire tous les jours. Il me semblait qu’elle ne s’était jamais lavée, peut-être quand elle était enfant… A quoi ressemblait-elle à cette époque ? Avait-elle des parents, des frères, des sœurs ? Depuis quand etait-elle SDF et pourquoi ? Parfois, chacune de ces questions me traversait l’esprit. J’avais pitié de cette femme… Où dormait-elle ? Comment pouvait-elle supporter l’hiver sans chaussettes, voire pieds nus? Pourtant, elle me semblait en bonne santé.

Je la rencontrais souvent, qui mastiquait avec appetit du pain moisi sorti des poubelles, emportée par son exploration de leurs contenus. Dans ces moments-là, elle ne prêtait aucune attention à ce qui l’entourait.

Une autre fois, elle portait sur ses épaules un énorme sac de jute rempli de bric-à-brac, récupéré dans les poubelles, sa Mine aux trésors. Quelquefois son visage, ses cheveux, ses mains, ses ongles étaient tellement noirs qu’on aurait cru qu’elle s’était gllissée dans une cheminée. Elle filait d’un pas pressant vers des affaires importantes, avec son sac rempli de bazar.

Elle poussait aussi un caddie, débordant de choses qui lui semblaient importantes. Elle avait besoin de ce que les autres jetaient…

Un jour je l’ai rencontré la tête totalement rasée. Je me suis dit : « c’est à cause des pous ». Mais je me suis aperçue qu’elle avait des croûtes sur le visage et les mains. Son état ne s’améliorait pas.

Lorsque j’allais à la messe le dimanche, je la croisais assise sur le trottoir qui mendiait. Elle avait l’habitude de dire : « Donne moi 5 dinars, donne moi 10 dinars. »

Inspiré de faits et personnages réels, à suivre…