S U Z A

Ništa nema ukus sličan suzi. Slana je, i mala. Jaka. Topla.

Dok klizi iz oka do usana, ne gubi na snazi ni na ukusu. Nekako su je puna usta, ako na njih kane. Ako kane na dlan opeče, ne toplotom nego silom.

Nekad se prolije poput pljuska.

Suza sreće ume da se kotrlja i pršti, ponekad i iskri.

Kad je ljuta, pecka oči.

Ljubavna je najgora. Magli vid.

Jednom mi je jedna stajala u oku na ivici kapka, dok se premišljala šta će, do jutra.

 

UNE LARME

Rien n’a le même goût qu’une larme. Elle est salée, et petite. Forte. Chaude.

Pendant qu’elle coule de l’œil vers les lèvres, elle ne perd pas en puissance et en goût. Elle remplit la bouche, si elle perle dessus. Si elle goutte sur la paume de la main, elle brûle par sa force et non par sa chaleur.

Quelquefois, elle s’abat comme une averse.

La larme de bonheur roule et crépite, et quelquefois étincelle.

Celle de colère pique les yeux.

Celle de l’amour est la pire, elle embrume la vue.

Une fois, une larme est restée au bord de ma paupière, en pleine réflexion jusqu’au matin.