44

ZNAT ćeš da te ne volim i da te volim,
jer živjeti je moguće na dva načina,
riječ je samo krilo tišine,
a vatra čuva polovinu studeni.

Volim te da bih te počeo voljeti,
da bih ponovo počeo beskraj,
da te ne bih prestao voljeti nikada:
zato te još uvijek ne volim.

Volim te i ne volim, kao da imam
u svojim rukama ključeve sreće
i nesigurnu sudbinu nesretnika.

Moja ljubav ima dva života da bi te voljela.
Zato te volim kada te ne volim
i zato te volim kada te volim.

Pablo Neruda

 

44

Sache que je ne t’aime pas et que je t’aime
Puisque est double la façon d’être de la vie,
Puisque la parole est une aile du silence,
Et qu’il est dans le feu une moitié de froid.

Moi je t’aime afin de commencer à t’aimer,
Afin de recommencer à l’infini
Et pour que jamais je ne cesse de t’aimer :
C’est pour cela que je ne t’aime pas encore.

Je t’aime et je ne t’aime pas , c’est comme si
J’avais entre mes deux mains les clés du bonheur
Et un infortuné, un incertain destin.

Mon amour a deux existences pour t’aimer.
Pour cela je t’aime quand je ne t’aime pas
Et c’est pour cela que je t’aime quand je t’aime.

 

 

 

Advertisements

T I H A

Zevsova kći po imenu Tiha imala je moć da odlučuje o sudbinama ljudi.
Iz svog roga obilja zasipala ih je kako je htela, dok je neke lišavala svega. Neodgovorna i razigrana volela je igre loptom, pa je tako povećavala nesigurnost sreće.

Koliko smo puta učinili sve što se moglo, ali ipak je falilo ono “nešto” što nije zavisilo od nas?
Koliko smo puta čuli ili izgovorili: “Nemam sreće.” ili “Ne mogu da opišem koliko sam srećan!”
Svaki čovek teži sreći. Teško je objasniti šta je ona u stvari, jer je za svakog drugačija.

Pusti me da u tvojim usnama
I u pesku budem srećan,
Srećan što dišem i što ti dišeš,
Srećan što dodirujem tvoje koleno
I tad mi se čini da sam dotak’o
Azurnu kožu neba i njenu svežinu.

Danas me pustite samog da budem srećan,
Sa svima ili bez ikog,
Srećan sa pašom i peskom,
Srećan sa vazduhom i zemljom,
Srećan sa tobom,
Sa tvojim usnama srećan

Pablo Neruda

T Y C H E

La fille de Zeus prénommée Tyché, avait le pouvoir de décider du destin des hommes. De sa corne d’abondance, elle déversait sur les uns bonne fortune tandis qu’elle privait les autres de tout. Irresponsable et espiègle, elle aimait les jeux de balles, leur rebondissement symbolisant l’incertitude, l’insécurité.

Combien de fois avons-nous tout tenté, mais il manquait toujours le quelque chose qui ne dépendait pas de nous ? Combien de fois avons-nous entendu ou dit ; « Je n’ai pas de chance » ou « Je ne peux décrire à quel point je suis heureux ». Tout homme tend vers le bonheur. Il est difficile d’expliquer ce qu’il représente, car il est différent pour chacun d’entre nous.

Laisse moi être heureux sur ta bouche,
Et sur le sable,
Etre heureux seulement parce que je respire et que tu respires,
Etre heureux parce que je touche tes genoux
Comme si je touchais
la peau azur du ciel
Et sa fraîcheur.

Aujourd’hui, laissez moi seulement être heureux,
Avec tous ou sans personne.
Etre heureux dans l’herbe et le sable,
Etre heureux dans l’air et la terre,
Etre heureux avec toi,
Avec ta bouche,
Heureux.

 

66

NE VOLIM te zato jer te volim
i od ljubavi do nevoljenja stižem
i do čekanja kada te ne čekam,
srce mi prolazi od zime do plamena.

Volim te jedino zato jer te volim,
mrzim te beskrajno i mrzeći te molim
i mjera moje ljubavi skitničke
jeste da te ne vidim i volim kao slepac.

Možda će izjesti januarsko svjetlo,
surova mu zraka, cijelo moje srce
i ukrasti mi ključ spokojstva.

U ovoj priči umirem samo ja
i umrijet ću od ljubavi jer te volim,
jer te ljubim, ljubavi, krvlju i vatrom.

Pablo Neruda

Kada sam kupila 100 soneta o ljubavi davnih osamdesetih, prvi koji sam pročitala bio je 66. Godina kada sam se rodila. Nekako sam želela da taj sonet bude moj. Vremenom sam se više puta vraćala toj knjizi, i uvek je 66 bio baš taj, moj sonet.
Koji je vaš?

SONNET 66

Je t’aime parce que je t’aime et voilà tout
et de t’aimer j’en arrive à ne pas t’aimer
et de t’attendre alors je ne t’attends plus
mon cœur peut en passer du froid à la brûlure.

Je ne t’aime que parce que c’est toi que j’aime,
et je te hais sans fin, te hais et te supplie,
et la mesure de mon amour voyageur
est de ne pas te voir, de t’aimer en aveugle.

Et si, lumière de janvier, tu consumais
ton rayon cruel, et mon cœur tout entier,
me dérobant la clef de la tranquillité?

En cette histoire je n’arrive qu’à mourir
et si je meurs d’amour, c’est parce que je t’aime,
parce que d’amour, je t’aime, et à feu et à sang.

Pablo Neruda

Quand j’ai acheté dans les années 80, le livre la centaine d’amour, le tout premier poème que j’ai lu était le sonnet 66, année de ma naissance. D’une certaine façon, je voulais que ce sonnet soit le mien. Avec le temps, j’ai relu souvent ce livre de poèmes, et à chaque fois le sonnet 66 me marquait, c’était bien lui, mon sonnet.

Lequel est le vôtre ?