K A O

“Oni što su posle bitke generali, a pre i u toku nisu odavde, nek mi se ne obraćaju. Delovati, pa i biti poražen, ali sa prikrivenim kukavičlukom soliti o porazu na kraju…”
“Ili prisvajati pobedu bez učešća u njoj.”
“Većina bi pre da soli nego da učestvuje.”
“Hoće pobedu bez bitke.”
“Diplomu bez učenja.”
“Uspeh bez truda.”
“Ljubav bez žrtve.”
“Iskustvo bez godina.”
“Veru bez iskušenja.”
“Pa kad može bogatstvo bez rada, funkcija bez diplome, vlast bez pameti i popularnost bez morala.”
“Seks bez ljubavi.”
“Osuda bez krivice.”
“Krivica bez kazne.”
“I lezbejke u Politikinom zabavniku.”
“Šta?”
“Nežna lezbijska scena u najnovijem stripu „Poseta Veneciji“, u „Politikinom zabavniku“ od 20. maja ove godine na strani 19.”
“Kuda ide ovaj svet?”
“Gledam život kao šarenu livadu punu poljskog cveća, bumbara, pčela, leptira, ptica, mirisa, boja..”
“Kao Vinsentovu sliku. Kao kaleidoskop…”

COMME

« Ceux qui deviennent des généraux après la bataille, qui avant et pendant n’étaient pas d’ici, qu’ils ne m’adressent pas la parole. Agir et être vaincu puis avec une lâcheté déguisée cracher sur la défaite en dernier lieu… »
« Ou s’approprier la victoire sans y avoir participé. »
« La majorité préfèrera donner son avis que de participer. »
« Elle veut la victoire sans combat. »
« Le diplôme sans les études. »
« Le succès sans efforts. »
« L’amour sans victime. »
« L’expérience sans les années. »
« La foi sans la tentation. »
« Puisque la richesse est possible sans travail, des fonctions sans diplômes, le pouvoir sans l’intelligence et la popularité sans moralité. »
« Le sexe sans amour. »
« La condamnation sans coupable. »
« Le coupable sans condamnation. »
« Et des lesbiennes dans « Politkin Zabavnik »
« Quoi ? »
« Une scène lesbienne sensuelle dans la toute dernière BD « voyage à Venise », dans le « Politikin Zabavnik » du 20 mai dernier, page 19. »
« Mais où va ce monde ? »
« Je vois la vie comme une prairie bucolique pleine de fleurs des champs, de bourdons, d’abeilles, de papillons, d’oiseaux, de senteurs, de couleurs. »
«Comme le tableau de Vincent. Comme un kaléidoscope… »

 

Advertisements

K O R O N I D A

Koronida je bila ćerka kralja Lapita. Živela je na obali jezera u Tesaliji, u čijoj je vodi uživala da se kupa. Njena izuzetna lepota privukla je Apolona i oni postadoše ljubavnici.
On je zadužio vranu kao sneg belog perja da je čuva u njegovom odsustvu. Koronida iako je ostala trudna sa Apolonom nije mu bila verna.
Saznavši za to vrana požuri da mu saopšti strašnu istinu dok je bio u Delfima. Ljut Apolon prokle vranu i ona postade crna, kao i svi njeni potomci do sada.

Apolonova sestra Artemida, naoružana lukom i strelom, ubila je Koronidu. Apolon se pokajao, ali je bilo kasno. Zamolio je Hermesa da spase dete, dečaka kome je dao ime Asklepije. Naučio ga je veštinama lečenja tako dobro da su ga poštovali kao osnivača medicine.

Ako ste se nekada pitali zašto su vrane crne.

Apollo and Coronis

CORONIS

Coronis fille du roi Phlégias vivait au bord du fleuve en Thessalie, où elle aimait se baigner. Son extrême beauté attira Apollon et ils devinrent amants.

Il commanda à une corneille blanche comme la neige de la surveiller pendant son absence. Coronis même si elle était enceinte d’Apollon lui était infidèle.

Apprenant cela, l’hirondelle blanche vola à Delphes pour lui révéler lui la terrible vérité. De colère, Apollon maudit la corneille qui devint noire, comme tous ses descendants depuis ce jour.

Artémis, sœur d’Apollon, tua d’une flèche Coronis. Apollon le regretta mais il était trop tard. Il pria Hermès de sauver son enfant, un garçon qu’il prénomma Asclépios. Il lui enseigna si bien l’art de guérir qu’il fut respecté comme le fondateur de la médecine.

Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi les corneilles sont noires.

BELA i CRNA

Na koktelu je bilo živo.
Svi su se trudili da budu nasmejani i ljubazni.
Da se prikažu u najboljem svetlu.
Nije bila ljubitelj takvih događaja i jedva je čekala da ode. A tek je stigla.
Dok je pogledom tražila nekog poznatog, pažnju joj je privukao prijatan glas:

“Ne smeta meni da budem u centru pažnje, to se nameće samo po sebi, ali i sa samoćom se odlično snalazim. Ljudi su u biti podla bića.
Dovoljno je da im ne činiš zlo, a možeš i dobro da im činiš,
za njih je isto.
Opet će da mrze.
Zlo da misle, govore i čine.
Da budu ljubomorni.
Svoj svoga da gurne i zgazi, a kamoli tuđin.
Dobro ih razdražuje, jer im je zlo prirodno stanje.
Vole više da im se zlo čini, jer tad se osećaju bolje i misle da su bolji.
Omiljene su mi samo bele vrane i crne ovce.
Ostale posmatram.”

“Izvinite što dajem sebi slobodu da vam se predstavim.”
“S kim imam čast?”
“Bela Vrana, drago mi je.”
“Crna Ovca, zadovoljstvo je moje!”

 

WHITE & BLACK

It was lively at the coctel.
Everyone tried to keep smiling and act friendly.
To appear in their best light.
She was not a fan of such events, and couldn’t wait to leave the place already. Actually, she has just arrived.
While she was looking around if there is someone familiar, a pleasant voice has attracted her attention:
“I don’t mind being in the center of attention, it’s often imposed by itself, but I’m handling very well with a loneliness too. People are essentially vile creatures.
It is enough that you do not harm them, but you can also do good to them,
it will be the same.
They are going to hate.
To think, say and do bad things.
To be jealous.
To push and step in someone of their own, and not to mention the stranger.
Good provokes them because the evil is their natural state.
They even prefer that you treat them badly, because it makes them feel better, and they think they are better.
I prefer only white crows and black sheeps.
The others, I observe ”

“Allow me to take the liberty to introduce myself.”
“With whom do I have the honor?”
“The White Crow, nice to meet you.”
“Black Sheep, it’s my pleasure!”

 

CORNEILLE BLANCHE ET MOUTON NOIR

Il y avait du monde au cocktail.
Tout le monde s’évertuait à rire et à être aimable, pour se montrer sous leurs meilleurs jours.
Elle n’était pas fan de ce type de soirée et ne souhaitait qu’une chose, partir. Or, elle venait d’arriver.
Alors qu’elle cherchait du regard une éventuelle connaissance, une voix agréable l’attira :

« Cela ne me dérange pas d’être au centre de l’attention, cela va de soi, mais je me débrouille parfaitement bien avec la solitude. Les gens sont surtout des êtres mesquins.
Pour eux, cela revient au même qu’on soit bon avec eux ou qu’on ne leur fasse pas de mal.
Ils vous détesteront toujours autant. Ils penseront, parleront et agiront méchamment.
Ils seront jaloux.
Ils bousculeront et écraseront leur propre famille, sans parler des autres…
La bonté les irrite, car la méchanceté est leur état naturel.
Ils préfèrent qu’on leur fasse du mal, car ils se sentent mieux et pensent qu’ils sont meilleurs.
Personnellement, je privilégie les corneilles blanches et les moutons noirs.
Les autres, je les observe. »

« Excusez-moi de me présenter à vous spontanément. »
« A qui ai-je l’honneur ? »
« La corneille blanche, enchantée ! »
« Le mouton noir, tout le plaisir est pour moi ! »